La jeunesse souffle sur le cinéma méditerranéen en 2018

Le septième art méditerranéen riche en couleurs sera à nouveau sous les projecteurs la semaine prochaine à l’occasion du 18ème Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles (MED). Du 30 novembre au 7 décembre, une soixantaine de films sera présentée dans différentes salles bruxelloises, dont huit en compétition, mais aussi d’autres hors compétitions, des documentaires, des coups de cœurs, des concerts et de belles rencontres.

Pour son traditionnel rendez-vous cinématographique de fin d’année, le Med a choisi cette fois de mettre l’accent sur les enjeux de la jeunesse issue du bassin méditerranéen, en leur laissant une place majeure tant au sein de sa compétition officielle que dans les autres volets de l’événement.

Parmi les films en compétition officielle, on pourra voir notamment la réalité de deux jeunes gitanes vivant à Madrid dans le film espagnol Carmen & Lola, de Arantxa Echevarría ou le destin d’une jeune marocaine devant assumer sa grossesse hors mariage dans l’illégalité avec Sofia de Meryem Benm’Barek, coproduit par la France, le Maroc, la Belgique et le Qatar. Le radicalisme religieux d’un jeune Tunisien sera également abordé dans Fatwa de Mahmoud Ben Mahmoud (Tunisie, Belgique), l’homosexualité d’une adolescente dans une colonie juive dans Red Cow de Tsivia Barkai Yacov (Israël), ou encore l’isolement d’une jeune turque muette dans Sibel de Çağla Zencirci & Guillaume Giovanetti (Turquie). Dans Her Job (Grèce, France, Serbie), Nikos Labôt mettra en avant l’émancipation féminine dans une famille grecque touchée par la récession. Enfin, dans Screwdriver (Palestine, USA, Qatar) de Bassam Jarbawi et Smuggling Hendrix (Chypre) de Marios Piperides, il sera question de paranoïaque post-traumatique et de conflit communautaire tourné en dérision.

Un jury et des invités variés

Ces huit longs métrages seront en compétition pour le Grand prix et le prix Spécial du jury. Présidé par le réalisateur Sam Garbarski, le jury officiel se compose cette année de comédiens belges, français et marocains, avec Farid Bentoumi, Laurent Capelluto, Lucie Debay, Nadia Kounda et Guilane Londez. D’autres prix seront également décernés, tel celui de la Francophonie, un autre remis par un jury de jeunes bruxellois, mais aussi le prix Cineuropa et celui de la Critique. Enfin, le public aura son prix à lui, en votant pour son film préféré dans la section Compétition et Panorama. De belles rencontres sont à prévoir, avec de nombreux comédiens et réalisateurs ayant participé à ces nombreuses productions.

Une semaine pour s’en mettre plein la vue et les papilles

Au-delà de la compétition officielle, le Festival du cinéma méditerranéen est aussi l’occasion de faire son petit marché tant l’offre est riche en diversité. Avec sa section Panorama, une quinzaine de films peu mis en valeur dans le monde cinématographique mais pas moins bons et savoureux sera projetée toute la semaine. Entre les salles du Botanique, des cinémas Aventure et Palace et du Bozar, il y en aura véritablement pour tous les goûts, avec d’anciens coups de cœurs à revoir, une soirée dédiée aux courts métrages ou encore des documentaires traitant de sujets de société liés aux pays méditerranéens avec la section MeDoc. Enfin, des concerts auront lieu certains soirs à la sortie des salles et datte sur le gâteau, le marché Med proposera aux spectateurs des délices du Maghreb et de ses pays voisins.

D’autres événements et informations sont à retrouver sur le site du festival : http://www.cinemamed.be/

Déborah Neusy
A propos Déborah Neusy 27 Articles
Journaliste du Suricate Magazine