La Famille Addams, revival inégal mais satire réussie

La Famille Addams
de Conrad Vernon et Greg Tiernan
Animation
Avec Oscar Isaac, Charlize Theron (VO) ou Kev Adams, Mélanie Bernier, Alessandra Sublet (VF)
Sorti le 4 décembre 2019

Autant le dire tout de suite, confier une nouvelle version « familiale » et animée de La Famille Addams au duo responsable du jouissif mais extrêmement trash et vulgaire Sausage Party était en soi un pari et une idée fondamentalement saugrenue. C’est pourtant paradoxalement ce qui éveillait quelque peu notre curiosité quant à un film d’animation en images de synthèse à l’apparence extérieure d’une laideur a priori triomphante.

Si le casting vocal anglophone prolongeait quant à lui ce début d’intérêt poli (Isaac, Theron, Moretz), notre enthousiasme modéré fut irrémédiablement calmé lorsque l’on s’aperçut au débotté que la copie que nous allions découvrir n’était autre qu’une version française doublée par Kev Adams (le bien nommé, en l’occurrence) et la « grande comédienne » Alessandra Sublet dans le rôle d’une Valérie Damidot sous acides. Autant dire que nous ne vous conseillons pas cette version, plombée sur la longueur par l’accent hispanique d’opérette d’un Kev Adams en mode « cachetonnage ». Il fallut également passer la première demi-heure laborieuse et lourdingue d’un film qui tend à replacer dans leur contexte la famille dont il est question, en leur offrant une sorte d’origin story totalement superflue.

Heureusement, lorsque le scénario entre enfin dans le vif du sujet, à savoir une sorte de resucée mise au goût du jour de la satire « burtonnienne » des suburbs américaines à l’œuvre notamment dans Edward aux mains d’argent, La Famille Addams se montre à la fois plus cruel et plus pertinent quant à un certain « air du temps », quand bien même le film chercherait lui-même à s’y caser. C’est bel et bien dans la dimension satirique de son récit, celui de la rencontre improbable entre le puritanisme américain et la marginalité gothique incarnée par les Addams, voire même dans sa conclusion finalement réconciliatrice, que la tentative inégale de Vernon et Tiernan s’avère la plus satisfaisante.

Thibaut Grégoire
A propos Thibaut Grégoire 351 Articles
Journaliste du Suricate Magazine