Des succulentes de brique et de couleurs à l’Alice Mogabgab Gallery

Copyright © 2018, Alice Mogabgab Gallery, All rights reserved.
Copyright © 2018, Alice Mogabgab Gallery, All rights reserved.

La série de céramiques de l’artiste Clémence Van Lunen, Les Succulentes, exposée à la galerie Alice Mogabgab à Bruxelles, donne l’importance aux matériaux, à la texture et aux couleurs.

Copyright © 2018, Alice Mogabgab Gallery, All rights reserved.
Copyright © 2018, Alice Mogabgab Gallery, All rights reserved.

La matière comme motivation

Le processus de création d’une céramique fonctionne par étapes. Une fois la forme crée, elle est cuite, émaillée, et cuite une seconde fois. Dans l’exposition Les succulentes à la galerie Alice Mogabgab, les pièces exposées sont créées à base de briques creuses de fabrication industrielle, que l’artiste modifie par torsion, découpe, et qui sont ensuite assemblées entre elles afin de générer une forme nouvelle.

L’artiste raconte que ce processus est accompagné d’une notion de surprise. L’œuvre une fois cuite et émaillée n’a pas le même rendu qu’à la fin du processus, après la deuxième cuisson. Cet effet de surprise vient du fait que la couleur de l’email, appliqué liquide sur la pièce, change avec la chaleur du four dû aux oxydes présents dans celui-ci.

Clémence Van Lunen s’est formée à la sculpture sur bois dans un premier temps et par la suite s’intéresse à la céramique à l’École Supérieure des Arts Plastiques de Bruxelles et puis à l’École Nationale des Beaux- Arts de Paris. Elle participe par la suite à plusieurs résidences et expositions.

Les céramiques s’inspirent dans la forme des succulentes, ces petites plantes aux feuilles charnues adaptées à vivre dans des milieux arides. Ces formes ont un aspect organique, comme sortie d’un rêve et encourage le spectateur à y chercher lui-même sa propre interprétation, dans la forme de manière générale comme dans un détail. Les différentes pièces ne portent pas de titre précis, elles existent pour l’ensemble, comme pour ne pas inciter la pensée du spectateur vers un chemin précis. Le format est assez grand, à peu près un mètre. Dû à cette taille, on peut facilement considérer les céramiques comme des sculptures à part entière.

Copyright © 2018, Alice Mogabgab Gallery, All rights reserved.
Copyright © 2018, Alice Mogabgab Gallery, All rights reserved.

On ressent dans l’ensemble des sculptures deux contrastes complémentaires et bien marqués. Le premier est un contraste entre la couleur neutre de la brique et la couleur des émaux. Dans les tons rouges, vert d’eau ou bleu-gris pour les sculptures émaillées dans une même gamme de teintes, ou dans un mélange de différentes teintes pour les autres sculptures. S’ajoute à cela le seconde contraste, de matière cette fois, en jouant avec l’aspect mat des briques et le brillant de l’émail.

La scénographie est simple mais efficace, la majorité des pièces sont regroupées au centre de l’espace, seules quelques-unes sont placées dans les angles de la galerie.

De Beyrouth à Bruxelles

La nouvelle galerie bruxelloise Alice Mogabgab, fondée à Beyrouth en 1994, est situé dans le Rivoli, dans le quartier de la bascule, une ancienne galerie commerçante reconvertie en espace regroupant plusieurs galeries d’art. Cette proximité d’espaces dédiés à l’art propose une approche plus facile pour le spectateur, il n’est pas question ici d’entrer dans un grand espace épuré sans avoir l’impression d’y avoir été invité. La disposition donne plutôt l’impression au spectateur de se promener. Le nombre de galeries, une douzaine, offre l’avantage de proposer une diversité assez intéressante au spectateur.

Infos pratiques

  • Où ? Gallery Alice Mogabgab, Rivoli, Chaussée de Waterloo 690, 1180 Bruxelles.
  • Quand ? Du jeudi au samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous, du 17 mars au 27 avril 2019.
  • Combien ? Gratuit.
Anaïs Staelens
A propos Anaïs Staelens 14 Articles
Journaliste du Suricate Magazine