De nos frères blessés de Joseph Andras

De nos frères blessés

auteur : Joseph Andras
édition : Actes Sud
sortie : mai 2016
genre : roman

Alger, dans les années cinquante, au temps meurtri des colonies. Fernand, français de sang, algérien dans l’âme, veut libérer son pays de l’envahisseur. Il ne pense pas à lui, il pense à ses frères. Incapable d’assister les bras croisés aux injustices de son pays, il mijote un coup d’éclat, espérant bien secouer les consciences une bonne fois. Son idée, déposer une bombe dans une usine, mais surtout pas de victimes, seulement détériorer les moyens de la production. Fernand est arrêté avant même que sa bombe n’explose.

Grâce à la construction en alternance de l’œuvre, le lecteur saute du passé au présent d’un chapitre à l’autre, tantôt plongé dans l’univers juridique et carcéral, tantôt dans une idylle amoureuse. En effet, le récit entrecroise habilement l’histoire de ce terroriste idéaliste, inoffensif, torturé puis condamné à mort pour un acte qu’il jugeait altruiste par la Justice française, avec celle de sa rencontre avec la belle Hélène, quelques années plus tôt. Cette Hélène qui, désormais, assiste impuissante aux recours introduits en justice par les avocats de son époux dans l’espoir sauver la tête de celui qu’elle aime. Ce communiste militant honni de tous pour le contexte dans lequel il a posé son acte, plutôt que pour son acte en lui-même.

Pourtant très aboutit, De nos frères blessés est le premier roman de Joseph Andras – tout comme l’Étranger fut le premier roman d’Albert Camus. Nous ne nous risquerons pas pour autant à associer Fernand à Meursault – malgré les nombreux parallèles possibles entre ces deux figures. Loin d’incarner un individu apathique et indifférent, Fernand est un être révolté, engagé, doué d’un sens profond de la Justice. Prêt à mourir pour ses idées. L’auteur nous laisse entendre qu’il s’agirait plutôt d’une sorte de Jean Valjean… Après tout pourquoi pas, si tant est qu’il soit nécessaire de faire de Fernand un nouveau quoi que ce soit.

Pour couronner le tout, ce petit roman – grand par son engagement – émerge de faits authentiques. Avérés même. Des faits qui inspirèrent Albert Camus en personne lorsqu’il se lança dans l’écriture. Bref ruez-vous. Dans le contexte actuel, cette nouvelle friandise de la littérature risque bien de faire l’effet d’une bombe.

Ivan Sculier
A propos Ivan Sculier 67 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.