In A World de Lake Bell

in a world

In A World

de Lake Bell

Comédie

Avec Lake Bell, Fred Melamed, Ken Marino, Eva Longoria, Rob Corddry

Sorti en DVD le 10 septembre 2014

In a world where… ne seront pas les premiers mots de la bande-annonce de ce film. Aucun monde extraordinaire n’est traité dans la première réalisation de l’actrice Lake Bell mais plutôt une exploration réaliste d’un travail méconnu : les voix des bandes annonces. Dans cette caste professionnelle très confidentielle, seul quelques « vedettes » arrivent à vivre de leur voix.

Le début de l’histoire coïncide justement avec la disparition d’un maître en la matière : Don LaFontaine (surnommé « The King of the Movie Trailers », que tout le monde a déjà entendu prononcé ces trois mots au hasard des centaines de bandes annonces les utilisant en introduction. « In a world where… », étant devenu l’accroche la plus populaire pour commencer son film publicitaire, tout le monde se demande qui va pouvoir prendre la succession de LaFontaine.

L’histoire du film commence avec l’un de ses probables successeurs, l’autre légende de la voix off : Sam Sotto qui vient de publier son autobiographie et qui s’apprête à recevoir un prix d’excellence pour toute sa carrière. Il est en conflit avec sa fille Carol, coach de la voix, vivant dans l’ombre de son père. Voulant vivre avec une fille d’une trentaine d’années, il incite Carol à quitter le domicile familial et à prendre son envol.

Quand les promoteurs de The Amazon Games cherchent une nouvelle voix off pour dire à nouveau le fameux « In a world… », le petit monde des voix off s’enflamme pour décrocher le job. Sam Sotto soutient le jeune Gustav, voix off prometteuse tandis que Carol se retrouve par hasard dans la compétition. Mal considérée dans un métier encore trop souvent exclusivement masculin, la lutte risque d’être difficile.

Lake Bell, pour réussir son histoire, fait intervenir un monde méconnu : les voix off. Les doubleurs présentés au début du film sont tous bien réels (à commencer par Don LaFontaine) et Fred Melamed qui joue Sam Sotto est aussi un doubleur professionnel, même s’il s’est aussi fait remarquer en tant qu’acteur de seconds rôles.

Lake Bell creuse son sujet tout en insistant sur la vie de Carol, ses problèmes familiaux, la relation avec sa sœur, sa quête amoureuse, etc. La conséquence de ce parti pris est que le spectateur ne rentre jamais dans un film bourré de sentimentalisme larmoyant, ni dans un film où de grands moments héroïques se succèdent. Plutôt une tranche de vie d’une trentenaire qui se cherche dans un monde méconnu du grand public. Cette voie, choisie par Bell, est en quelque sorte la qualité et le défaut d’un film, qui à défaut d’être palpitant, reste pourtant très sympathique.

Du côté des bonus, pas grand-chose à se mettre sous la dent mais il n’y a bien sûr pas d’effets spéciaux à décrypter ou de gros budgets à justifier. Quelques scènes coupées cocasses, un condensé des spots promotionnels originaux sont bienvenus. Le commentaire du film, assuré par Lake Bell seule (elle est productrice, scénariste, réalisatrice et interprète du film) est un peu fade. Sûrement dû au manque de répondant qu’une seconde personne peut apporter.

Notons aussi la présence en Guest Star de Geena Davis, en productrice de Cameron Diaz et Eva Longoria, jouant ici leurs propres rôles.

Au final, In a World est un film sympathique et sans prétention qui plaira surtout pour le charme de son actrice-réalisatrice- scénariste-productrice et le choix de traiter d’un monde méconnu et pourtant intéressant.

A propos Loïc Smars 350 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.