Cheeky Jack – Black Sheep

Belgique, temple de la création artistique. Voilà ce que nous a inspiré l’écoute du nouvel EP du groupe belge Cheeky Jack intitulé Black Sheep. Un extended play très agréable à écouter, assurément pop rock mais indéniablement truffé d’autres influences aussi variées que délicieusement mixées.

Et pour cause, le groupe se définit lui-même comme marginal, un hydride né de plusieurs influences aussi riches que variées. Une volonté de se démarquer face à une scène belge très vivante où la nouveauté suscite irrémédiablement la curiosité des amateurs de musique. L’ostracisme musical assumé de Cheeky Jack est dès lors le bienvenu même s’il peut engendrer le meilleur comme le pire.

Pourtant, dès Lilith is on fire, on peut se rendre assez facilement compte que le groupe s’installe dans le bon chemin et est indiscutablement influencé par la scène belge mais aussi anglo-saxonne. Thomas Verbruggen, Benoit Tempels, Maxime Siroul, François Cappelle, Nicolas Scalliet et Grégory Chainis l’ont bien compris, le pop rock est une filière intarissable qui plait au public belge. Frais, pétillant, entrainant et mature, voici les qualificatifs que l’on pourrait donner à ce groupe ayant encore de beaux jours devant lui.

Nous rappelant à certains instants la rythmique enivrante de Puggy couplée au décalage vivifiant du son des Vaccines, l’album de Black Sheep s’affranchit effectivement de tout genre même s’il s’identifie dans la nébuleuse rock. Accentué par l’omniprésence de sonorités originales, le mini album s’écoute d’une traite et marque les esprits. Mention spéciale à attribuer au morceau Paper Chase qui est, de notre humble avis, la plus belle réussite du groupe.

Bref, Cheeky Jack frappe très fort avec ce premier EP et pourrait bien jouer dans la cour des grands dans peu de temps. Doués, passionnés et offrant surtout une musique populaire tout en restant alternative, nos jeunes musiciens vont passionner les foules l’été prochain et, pour peu qu’ils ne brulent pas leurs ailes, nous offrir de nouvelles créations tonitruantes dans les années qui viennent.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 788 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.