Burning : l’humain qui brule au Théâtre National

Auteur et interprétation Julien Fournier. Écriture et interprétation de la voix-off Laurence Vielle. Jusqu’au 7 décembre au Théâtre National. Crédit photo : Hubert Amiel

Sur la scène, un homme empile des boîtes en carton, les déplace, en change l’ordre et la position. On le voit bouger d’un côté à l’autre de manière sure, presque automatique. Ses mouvements dessinent des géométries exactes et chacun de ses gestes semble être efficace. Juste le temps de se demander quel est le but de ce travail si répétitif, que les mouvements évoluent, accompagnés par une voix-off et on voit ce même homme marcher sur un tapis de course comme on marche pour aller au travail, à chaque jour de la semaine un peu plus vite pour rattraper le retard accumulé. Dans le « temps libre » cela devient une course aussi, entre la maison, la famille, les relations sociales… et on oublie de plus en plus soi-même pour respecter des dates limites et des standards. 

Dans Burning, Julien Fournier traduit ce mécanisme en langage spectaculaire en mettant devant les yeux du public la condition de l’humain qui se retrouve coincé entre la situation professionnelle et des exigences presque absurdes. Voir cette personne lancée à toute allure sur un plateau qui s’incline de plus en plus, est une traduction intelligente et efficace d’un sentiment de plus en plus répandu dans la société occidentale contemporaine. Exactement comme le travail devient un geste d’une violence extrême qui nous éloigne de nous-mêmes et qui mine tout le reste de la vie, cet artiste en scène essaie de rattraper tout ce qui s’écroule autour de lui, de garder intacts les morceaux, de suivre les règles malgré la pression qui monte. Pour restituer sur scène cette acrobatie, rien n’est plus approprié que ce type de cirque extrêmement contemporain et évocateur. 

Sans jamais tomber dans le cliché mais en restant ancré à un discours concret, le texte, écrit et joué en voix-off par Laurence Vielle, présente des récits de vie qui décrivent très clairement la réalité du burn out et ses implications. Le corps et la voix sont supportés par une scénographie percutante et très loquace. Après avoir suivi « l’acrobatie sociale » de rester en équilibre malgré les pressions brutales du monde de la productivité, on sort de la salle avec un seul questionnement, très clair et très inspirant, dans l’esprit : est-ce que ce que je fais pour gagner ma vie, m’apporte de la valeur ? Un spectacle actuel et original qui pointe du doigt un des grands pièges de notre société. A voir et à conseiller.

Elisa De Angelis
A propos Elisa De Angelis 27 Articles
Journaliste du Suricate Magazine