[Avignon OFF 2021] Parc au Théâtre des Doms

Du Collectif La Station, interprété par Cédric Coomans, Eléna Doratiotto, Sarah Hebborn, Daniel Schmitz, Kirsten van den Hoorn. Au Théâtre des Doms à 18h30 du 6 au 27 juillet (relâches les 8, 15, 22 juillet)

Lors du festival d’Avignon, si on veut s’assurer de ne pas être déçu en matière de spectacle, il faut se rendre au théâtre de Doms. On y trouve toute la richesse belge, son surréalisme et sa beauté. C’est exactement ce qu’offre Parc.

Nous nous trouvons dans les coulisses d’un parc aquatique avec l’équipe de dresseurs d’animaux marins, Lars, Anke, Kania et Nicolaï, joués par Daniel Schmitz, Sarah Hebborn, Eléna Doratiotto et Cédric Coomans. Quatre personnages aussi farfelus que touchants qui se préparent pour le grand show avec une orque. Leur cheffe et star du parc, Laora, interprétée par Kirsten Van Den Hoorn, les briefe juste avant. Elle rappelle à chacun ses devoirs et obligations. C’est également son anniversaire et l’équipe est impatiente de le lui souhaiter juste après le show.

Derrière la porte mécanique qui mène au grand bassin, nous vivons le spectacle aquatique comme si on se trouvait juste à côté. Les cris du public, les entrées et sorties des différents dresseurs et puis… C’est le drame. La panique monte au sein de l’équipe. Quelque chose ne va pas, ça ne s’est pas déroulé comme prévu.

Avec un humour piquant, noir et absurde, nous compatissons auprès de ces quatre dresseurs qui réagissent chacun à leur façon face à la catastrophe. Leurs réactions sont aussi vraies que maladroites. Nous ne sommes pas face à des héros mais à des humains tant ils sont attendrissants et justes. Les phrases, les gestes, les attitudes, tout sonne vrai au milieu de cet univers totalement déjanté d’un simple parc aquatique.

L’évolution des personnages est succulente et nous fait rêver davantage. On en redemande. Cette histoire présentée sous forme d’un film d’horreur expose également certaines réflexions sur la condition des animaux de foire et de la nature humaine. Le raisonnement se crée un chemin au milieu des situations comiques et nous ravit à tous les étages.

Parc est une pièce à la fois réaliste et extravagante dont on sort totalement extasié.

A propos Christophe Mitrugno 33 Articles
Journaliste du Suricate Magazine