« Alabama 1963 » : plongée dans la ségrégation raciale

Titre : Alabama 1963
Auteurs : Ludovic Manchette et Christian Niemiec
Editions : Cherche-Midi
Date de parution : 20 août 2020
Genre : Roman

Alors que les manifestations liées au mouvement Black Lives Matter viennent nous rappeler que la question raciale n’a toujours pas trouvé son épilogue ni aux Etats-Unis ni en Europe, Ludovic Manchette et Christian Niemiec placent l’action d’Alabama 1963 à Birmingham, ville restée tristement célèbre pour les crimes haineux qui s’y sont produits. Plus qu’un polar américain, c’est à une plongée dans les États-Unis des années 1960, sur fond de ségrégation, de Ku Klux Klan et d’assassinat de Kennedy à laquelle nous convient les auteurs.

Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d’une fillette noire est retrouvé. La police s’en préoccupe de loin. Mais voilà que d’autres petites filles noires disparaissent… Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d’enquêter pour le père de la première victime. Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s’interroge : « Les petites filles, ça ne disparaît pas comme ça… » Deux êtres que tout oppose, mais qui apprendront à se connaître pour résoudre ces meurtres.

Ce qui frappe en premier lieu dans ce roman, c’est d’être confronté au racisme ordinaire et institutionnalisé de l’Amérique blanche des années 60. Une Amérique profonde dans laquelle il est normal que Blancs et Noirs vivent de manière séparée, où la vie des Noirs ne vaut pas grand-chose et où toutes tentatives de rapprochement entre les deux communautés se soldent très souvent par de la violence. Cette réalité est captée avec une grande justesse par les auteurs, qui, à travers des scènes de vie quotidienne relativement banales nous font remonter le temps à la manière d’un film documentaire. Point de scènes d’actions rythmées ou d’enquête menée tambour battant dans ce faux polar qu’est Alabama 1963, mais plutôt des vies qui s’écoulent comme un long fleuve tranquille où les êtres sont enfermés dans des carcans et des règles qui semblent immuable.

Roman qui a vocation à décrire un passé pas si révolu, Alabama 1963, par sa simplicité, réussit tout autant que des ouvrages plus complexes. Une vraie réussite à lire absolument.

A propos Vincent Penninckx 244 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine