Zootopie, lapin justifie les moyens

ZOOTOPIA – NICK WILDE, the scamming fox who Judy reluctantly teams up with to crack her first case. ©2015 Disney. All Rights Reserved.

zootopie poster

Zootopie

de Byron Howard et Rich Moore

Comédie, Animation

Avec les voix françaises de Lubna Gourion, Pascal Elbé, Thomas Ngijol

Sorti le 10 février 2016

L’officier de police Judy Hopps et le gentil arnaqueur Nick Wilde sont contraints de faire équipe ensemble, afin de lever le voile sur une étrange affaire de disparitions. Ce qui s’annonce difficile, d’autant plus lorsque l’on sait que Judy n’est autre qu’une lapine et Nick un renard. Car tous les habitants de la ville de Zootopia, dans laquelle se déroule l’intrigue, sont issus de la faune la plus variée.

Le concept d’animaux aux comportements humains est loin d’être inédit au sein de l’univers Disney. Si l’on pense évidemment à leurs classiques comme Le livre de la jungle, le fait de placer ses héros dans un environnement contemporain et de les rendre anthropomorphes, en leur assurant une démarche bipède, rappelle plutôt les aventures de personnages comme Donald ou Mickey. D’autant qu’en bande dessinée, il n’est pas rare de les voir flirter avec le genre policier.

La principale différence vient ici du fait que chaque animal garde ses caractéristiques, ce qui influe directement sur un univers qui leur est totalement dédié. La ville de Zootopia est ainsi divisée en plusieurs parties, chacune possédant son propre écosystème et ayant développé des infrastructures permettant à ses habitants d’y vivre selon leurs besoins et leurs tailles. Pour exemple, les hamsters et autres souris résident dans un quartier à leur échelle, où tout est réduit.

Ce sens du détail permet de rendre cet environnement crédible, mais sert également de base à un humour de chaque instant, et ce, qu’il soit visuel ou oral. Les décalages inhérents à la superposition d’un univers animalier sur un modèle civilisé sont légions. Les jeux de mots y ayant trait le sont également, apportant une dimension savoureuse à une enquête au demeurant plutôt classique.

Si le périple de Judy et Nick fait la part belle aux passages obligés de tout buddy movie qui se respecte, il n’en tire pas moins ses sources de la nature même de l’étonnante métropole où se déroule l’action, où prédateurs et proies ont appris à cohabiter de manière on ne peut plus sereine.

La cohérence de cet univers permet de pardonner certaines grosses ficelles scénaristiques qui contribuent à rendre prévisibles plusieurs moments du scénario. D’autant que le dynamisme de la mise en scène apporte un surplus de punch à une intrigue menée tambour battant, où chaque public trouvera son compte. Tandis que les plus jeunes apprécieront des personnages hauts en couleur, les adultes s’amuseront des nombreuses références disséminées tout du long, allant du Parrain à La reine des neiges. Ce qui contribue à faire de Zootopie un divertissement plaisant, auquel on pourrait espérer une suite, au vu de ses attachants héros et des innombrables possibilités offertes par le postulat de base.

Guillaume Limatola
A propos Guillaume Limatola 123 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.