Mes vies de chien, une comédie familiale attendrissante

Mes vies de chien

de Lasse Halström

Comédie, Famille

Avec Dennis Quaid, Britt Robertson, K.J. Apa

Sorti le 26 avril 2017

Amoureux des chiens, le réalisateur et scénariste Lasse Hallström, propose un nouveau film sur nos compagnons à quatre pattes préférés. Après « Hatchi », sorti en 2009, et « Ma vie de chien », sorti en 1985, Lasse Hallström décide d’adapter le roman de W. Bruce Cameron « A Dog’s Purpose ».

« Mes vies de chien » raconte l’histoire de Bailey, un chiot adopté par le jeune Ethan. Ils deviennent très vite des amis inséparables et Bailey reste fidèle à son maître aussi bien dans les bons que dans les mauvais moments. Jusqu’au jour où un malheur arrive… Ethan est contraint d’abandonner Bailey à ses grands-parents et le chien se laisse mourir, seul et triste. Mais ce n’est là que le commencement d’une nouvelle vie pour Bailey, qui se réincarne en berger allemand, puis en golden retriever, … A chaque réincarnation, Bailey ne poursuit qu’un seul but : retrouver son cher Ethan.

Aux premières notes de musiques, Bailey nous embarque dans sa vie de chien. Tout au long du film nous voyons, ressentons et comprenons son point de vue. Ce changement de perspective osé et original de la part du réalisateur, permet d’attirer l’attention du spectateur. Car, le scénario, restant très basique (il n’y a pas de réelle intrigue), peut vite décevoir les amateurs de films à suspense.

Bailey, via une voix off, nous fait donc partager ses pensées et questionnements sur sa vie. Bien sûr, ces questions restent des questions… de chien évidemment, c’est-à-dire : que manger ? pourquoi jouer ? Certains trouveront cela amusant et rirons de bon cœur mais d’autres penseront que c’est un peu trop enfantin. De plus, la voix off peut devenir lassante à force.

Ce que l’on ne peut pas nier, c’est que l’amitié entre Bailey et ses différents maîtres, mais particulièrement entre Bailey et Ethan, est particulièrement émouvante. Entre la fidélité inébranlable, l’affection sincère et la compréhension presque magique de Bailey pour son maître, on ne peut que verser une larme ou deux et avoir la gorge serrée. En résumé si vous vouliez vous passer de mouchoirs, c’est raté !

Ce film nous offre de belles leçons de vies, certes un peu simples et naïves (n’oublions pas que c’est une comédie familiale destinée surtout aux enfants), mais elles nous donnent le sourire et l’envie de profiter pleinement de chaque moment de la vie. Et même pourquoi pas d’adopter un fidèle compagnon ?

Yéléna Mackowiak
A propos Yéléna Mackowiak 2 Articles
Journaliste du Suricate Magazine.