Captain America : Civil War, une mission réussie

captain america civil war poster

Captain America : Civil War

d’Anthony et Joe Russo

Action, Fantastique

Avec Chris Evans, Robert Downey Jr., Scarlett Johansson

Sorti le 27 avril 2016

Troisième opus des aventures de Captain America, Civil War se calque sur le modèle des Avengers, où le spectateur assiste à une profusion chaotique de super-héros. Résultat : un bon blockbuster ambitieux et réussi.

Steve Rogers alias Captain America est désormais à la tête des Avengers, dont la mission est de protéger l’humanité. A la suite d’un énième incident international (dommages collatéraux à foison suite aux interventions des super-héros), l’ONU décide de mettre en place un organisme de supervision en signant les Accords de Sokovie. Cette nouvelle donne provoque une scission au sein de l’équipe : d’une part, les défenseurs de la liberté menés par Captain America ne veulent pas d’une ingérence gouvernementale, tandis que d’autres se rangent derrière Tony Stark (Iron Man), qui considèrent ces accords comme essentiels pour éviter les dérives.

Ce désaccord marque le début d’une suite de combats toujours plus violents. Arguments géopolitiques mêlées à des raisons personnelles, chaque bataille entre Steve Rogers et Tony Stark est intéressante et également pertinente. L’affrontement attendu entre les super-héros reste tout de même le point culminant de ce volet : une quinzaine de minutes explosives aux effets spéciaux grandioses. Combats au sol bien foutus, transformations géniales du personnage d’Ant-Man, répliques comiques dignes des Marvel, … Tout y est pour nous faire passer un moment les yeux écarquillés. Pour la première fois aussi, Spiderman, si longtemps mis sur la touche combat aux côtés des autres super-héros et ce, pour notre plus grand plaisir. Malheureusement, ses nombreuses répliques dignes d’un gamin de 15 ans et ses interventions bien trop admiratives envers ces adversaires ternissent le combat épique. Entretemps, le baron Zemo, omniprésent dans ce troisième opus agit seul dans son coin, personne ne sait ce qui le guide réellement et quelle mission revendique ce nouveau « vilain ». Censé représenter la figure machiavélique du grand méchant, le personnage incarné par l’excellent David Brühl (un des nazis dans Inglorious Basterds, pour se rafraichir la mémoire) manque de substance et de profondeur. Nous ne nous en cacherons pas non plus, pour les moins connaisseurs de l’univers Marvel, il est parfois difficile de s’en sortir parmi la horde de personnages qui défilent sous nos yeux…

Mais c’est une mission réussie pour les frères Russo et les studios Marvel, qui ont définitivement mis le paquet pour offrir un bon spectacle divertissant.

Photo d’illustration © Marvel 2016

Uyen Vu
A propos Uyen Vu 50 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. Spider-Man : Homecoming, héros prolétaire springsteenien • Le Suricate Magazine

Les commentaires sont fermés.