La première saison de Forever en DVD

forever packshot

Forever

de Matthew Miller

Drame, Fantastique, Policier

Avec Ioan Gruffudd, Alana De La Garza, Judd Hirsch

Sorti en DVD le 27 janvier 2016

Henry Morgan (Ioan Gruffud), médecin légiste fantasque, a une connaissance approfondie de la mort, et pour cause : il est immortel. Ses innombrables années d’expériences lui ont permis de développer un savoir inestimable, qu’il va mettre au service de la détective Jo Martinez (Alana de La Garza).

La série se compose donc d’enquêtes, à raison d’une par épisode, toutes plus ou moins inspirées (avec une mention spéciale pour l’épisode présentant un copycat de tueurs célèbres, parmi lesquels Jack l’éventreur). Outre l’aspect policier, Forever mise avant tout sur la dynamique de son couple d’enquêteurs. Portés par des interprètes sympathiques, les personnages deviennent rapidement attachants. Le côté sherlock-holmesque du légiste lui confère un certain charme, qui détonne avec l’aspect plus terre à terre de sa partenaire.

La formule est classique, pour ne pas dire convenue, mais n’empêche cependant pas quelques bonnes idées d’émerger. À commencer par la relation qu’entretien le personnage principal avec Abraham, son fils adoptif. Ce dernier ne jouissant pas du don d’immortalité, il se révèle d’apparence plus âgée. D’où certaines situations assez cocasses, mais également des moments plus touchants, Henry Morgan se devant d’accepter la mortalité de celui qu’il continue de considérer comme son enfant.

Hormis cette relation singulière, le principe d’immortalité se révèle à la base même de la série et y intervient à plusieurs niveaux. Le fait de ne pas mourir et d’être forcé à voir les êtres chers dépérir peu à peu, faisant d’un pouvoir une malédiction, est un des clichés inhérent au genre. Il permet toutefois d’imbiber la série d’une légère mélancolie, qui entre en résonance avec les motivations premières d’Henry Morgan, au demeurant assez sombres. En effet, l’envie principale derrière sa carrière de légiste est de parvenir secrètement à découvrir un moyen qui lui permettrait enfin de pouvoir mourir. Si les nombreux flashbacks concernant ses péripéties à d’autres époques peuvent s’avérer lassants, ils expliquent également la lassitude d’un homme revenu de loin. Si Forever reste avant tout un pur divertissement, à l’humour souvent plaisant, ce fond légèrement dépressif lui apporte un surplus d’âme bienvenu.

Il faut dire que le concept d’immortalité ne se montre jamais aussi convaincant que lorsqu’il est pleinement exploité au sein de l’intrigue principale. Pour exemple, lors d’un épisode, le héros n’hésite pas à expérimenter plusieurs formes de morts, afin de comprendre ce qui est arrivé à la victime du meurtre sur lequel il enquête. Par ce biais, les résurrections du Dr Morgan s’extraient de l’anecdotique pour s’ancrer pleinement dans l’histoire, ce qui, malencontreusement n’est pas toujours le cas. Elles iront néanmoins jusqu’à revêtir une importance de plus en plus grande au fil des épisodes, avec l’apparition d’un autre immortel, aux motivations nettement plus troubles.

Cette sous-intrigue permet également à la série de s’extraire peu à peu de la routine qui semble s’y installer. D’autant que sa résolution, à défaut d’être totalement surprenante, se révèle étonnamment cruelle. La série ayant été annulée, il n’y aura donc pas de suite aux aventures d’Henry Morgan, malgré une fin quelque peu ouverte qui aurait laissé espérer le contraire.

Guillaume Limatola
A propos Guillaume Limatola 123 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.