Top 5 des films qui rendent claustrophobe

En cette période de confinement, nous ne sommes clairement pas tous logés à la même enseigne. Que l’on habite à la campagne ou en ville, que l’on ait un jardin ou simplement une fenêtre de toit Velux (ceci n’est pas un placement produit), que l’on ait le Wifi ou juste une Wii Fit, on ne vit pas cette période troublée de la même manière.

Pour celles et ceux qui vivent dans une chambre de bonnes et qui utilisent le timer du four comme réveille-matin, nous vous avons concocté un classement des meilleurs films claustrophobiques. Des films qui sentent bon le bois humide et la naphtaline. Un florilège de bonnes idées cinématographiques pour aggraver votre neurasthénie.

Buried (2010)

C’est LE FILM pour claustrophobes par excellence. Buried, à traduire par Enterré, nous narre l’histoire de Paul Conroy – incarné par Ryan Reynolds -, enfermé vivant dans un cercueil avec seulement une lampe, un couteau, deux tubes phosphorescents, un briquet et un téléphone à moitié rechargé.

Comme ce n’est pas un court-métrage, le portable n’est évidemment pas un Iphone. Cela dure donc 95 minutes durant lesquelles les nerfs du spectateur sont mis à rude épreuve.

Panic Room  (2002)

Ce film, signé par le très respectable David Fincher, met en scène une mère (Jodie Foster) et sa fille (Kristen Stewart), toutes les deux seules dans une grande maison new-yorkaise dotée d’une panic room, une pièce destinée à protéger et isoler ses habitants d’une agression extérieure (voleurs, tueurs, percepteurs des impôts ou belle-mère). Evidemment, la mère est claustrophobe ; évidemment, la fille est diabétique insulino-dépendante ; évidemment, elles vont se faire cambrioler par trois malfrats, ce qui les obligera à se réfugier dans la panic room high tech.

Un film bourrés de facilités scénaristiques… mais on aime ça.

47 Meters Down (2016)

Clairement moins qualitatif que les deux films précités, 47 Meters Down n’en demeure pas moins un nanar incontournable et original, puisqu’il nous enferme non pas dans une pièce fermée, mais une cage immergée. Bateau vétuste, marin puant, cage rouillée et requins affamés vont partie du voyage de nos deux héroïnes, Lisa et Kate.

De fait, les amies inconscientes vont se mettre dans une cage pour observer les requins, sauf que celle-ci est tenue par un câble effiloché qui lâchera et les enverra à 47 mètres de profondeur. On vous laisse deviner la suite…

Saw (2004)

Sorti en 2005 dans nos contrées, Saw (le numéro 1, le seul, l’unique) a largement convaincu le public de deux choses : que le cinéma de genre à petit budget avait encore de beaux jours devant lui ; que l’âme humaine pouvait être bien sombre.

Thriller psychologique dans lequel deux hommes sont enfermés et enchaînés dans une salle de bain lugubre et ensanglantée, Saw est l’une des histoires horrifiques les plus intéressantes à admirer. Les suites, bien plus commerciales, sont également agréables à regarder, même si l’essence du premier opus, le huis clos, y est délaissée au profit de la surenchère d’hémoglobine.

L’Ascenseur (1983)

Beaucoup moins connu que les films américains ci-dessus, le film néerlandais De Lift (L’Ascenseur) de Dick Maas sera probablement une découverte pour bon nombre d’entre vous. Grand prix du Festival international du film fantastique d’Avoriaz en 1984, De Lift raconte l’histoire d’un ascenseur-tueur dans lequel cinq personnes sont mortes d’asphyxie par accident. Après vérification par un dépanneur, ce dernier ne montrera aucune anomalie et sera remis en service. Mais d’autres morts vont survenir dans ce même ascenseur.

Le film aura droit à son remake hollywoodien en 2001 (Down) avec James Marshall et Naomi Watts, mais il fera un four.

10 Cloverfield Lane (2016)

Autre univers, autre genre, 10 Cloverfield Lane est un récit post-apocalyptique qui succède au film Cloverfield, dont il n’est pour autant pas une suite. De fait, pas de found footage nauséaux, mais bien un point de vue externe.

Scénario écrit par Damien Chazelle, 10 Cloverfield Lane nous raconte l’histoire de Michelle, recueillie dans un abri souterrain par deux hommes suite à un accident de voiture. A son réveil, ces derniers lui expliquent que les événements actuels ont rendu l’air irrespirable et que toutes les personnes restées à l’extérieur sont mortes.

De quoi faire de longues parties de Uno.

A propos Matthieu Matthys 868 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.