The Professor and the Madman, sur les ailes des mots

The Professor and the Madman
de Farhad Safinia
Biopic, Drame
Avec Natalie Dormer, Mel Gibson, Sean Penn
Sorti le 24 juillet 2019

Récemment invité sur le plateau de Conan O’Brien, Sean Penn déclarait de moins en moins apprécier le cinéma, préférant se consacrer à l’écriture. Quatre ans après sa dernière apparition sur grand écran, l’acteur est désormais de retour aux côtés de Mel Gibson pour un drame historique particulièrement intéressant.

Lexicographe et philologue écossais, James Murray (Mel Gibson) est chargé de l’édition de l’Oxford English Dictionary. Submergé par la quantité de travail, il envoie un appel aux lecteurs afin de leur demander de l’aide. C’est ainsi qu’il sera contacté par le Dr William Chester Minor (Sean Penn), meurtrier interné en institution psychiatrique.

Outre l’intérêt visant à présenter au grand public l’histoire méconnue et surprenante qui se trouve derrière la création de l’Oxford English Dictionary dont la rédaction s’est étalée sur plusieurs décennies, The Professor & the Madman est l’histoire d’une amitié qui unit deux hommes qui apprendront à se connaître et à se respecter au-delà de leur folie respective.

En effet, il sera parfois difficile de distinguer le fou du professeur, car si William Minor est interné en institution psychiatrique, James Murray s’est engagé dans un projet que d’aucuns pourraient juger insurmontable. C’est donc ici le fou qui viendra en aide au professeur dans son projet fantasque, avant que le professeur n’apaise la folie du fou.

Minor a en réalité besoin d’un projet grandiose auquel croire, une raison de se racheter pour ses fautes en nourrissant un impossible rêve. La relation des deux hommes naîtra ainsi dans un respect mutuel avant de devenir réellement sincère, Murray trouvant chez Minor une aide précieuse et inattendue, et Minor trouvant dans le projet de Murray une échappatoire à sa folie.

Mais par-delà ces thématiques, The Professor & the Madman est une ode à la langue anglaise et à la littérature. William Minor l’expliquera lui-même : « It’s freedom, Mrs Merrett. I can fly out of this place on the back of books. I’ve gone to the end of the world on the wings of words. When I read, no one is after me. When I read, I am the one who is chasing, chasing after god »  [C’est la liberté Madame Merrett. Je peux voler hors de cet endroit en chevauchant les mots. J’ai voyagé jusqu’aux confins du monde sur les ailes des mots. Lorsque je lis, personne ne me pourchasse plus. Lorsque je lis, je suis celui qui pourchasse, et je pourchasse Dieu].

Au final, l’histoire ici racontée est celle d’une quête pour la rédemption, la liberté au travers de l’enfermement dans un projet fou et, parallèlement, l’histoire d’une amitié salvatrice et d’une échappée folle sur les ailes des mots.

Alexandre Alvarez
A propos Alexandre Alvarez 158 Articles
Journaliste du Suricate Magazine