« Pour le pire »… c’est le cas de le dire !

Titre : Pour le pire
Auteur : E.G. Scott
Editions : Pygmalion
Date de parution : 5 février 2020
Genre : Thriller

C’est le genre d’histoire où il est impératif de ne pas en dire trop pour ne pas déflorer l’intrigue, car elle sera l’élément primordial de ce roman. Lui, est agent immobilier. Elle, est représentante pharmaceutique. Mariés depuis 20 ans, bonne situation et parents adoptifs d’un adorable chien, Paul et Rebecca reflètent l’image du couple idéal. Mais vous vous en doutez, il y a une couille dans le potage. En effet, dès que l’on gratte un peu le vernis, ce beau tableau est tout autre : mensonges, tromperies et addictions diverses sont au programme. On y découvre que Rebecca est complètement accro aux médicaments et qu’elle vient de se faire virer sans oser l’avouer à son mari. Quant à Paul, il trompe sa femme avec tout ce qui bouge. Dès lors, comment va réagir le couple qui baigne allègrement dans une cuve de cachotteries, quand des inspecteurs viendront frapper à leur porte pour enquêter sur la disparition d’une ex de Paul qui n’est autre que l’épouse du chef de Rebecca qui vient de la remercier ? Vous suivez ?

Pour mettre au point cette histoire, il a fallu quatre mains, ou deux plumes si vous préférez. Sous le pseudonyme de E.G. Scott se dissimulent deux auteurs, Elizabeth Keenan et Greg Wands. On notera leur talent pour les acrobaties chronologiques, qui sont agencées de sorte à balancer au lecteur les pièces d’un puzzle qui deviennent peu à peu un tout cohérent. Mais trop souvent, le chemin temporel emprunté par les auteurs est laborieux et on se prend de temps à autre à interrompre sa lecture pour revenir quelques pages en arrière afin de s’y retrouver. Et à force, on finit par se lasser. Ajoutez à cela le manque de crédibilité au niveau des réactions des personnages et vous aurez un résultat assez peu digeste.

Cependant, quelques bouées de sauvetage sont lancées au lecteur, comme par exemple la construction narrative du roman. Elle repose sur l’alternance des points de vue des personnages principaux, permettant ainsi de savoir ce qui se passe réellement dans la petite tête de chacun. La voix est également donnée aux enquêteurs, démarche plutôt rassurante pour le lecteur qui y retrouve des gens tout aussi paumés que lui dans leurs tentatives de mettre bout à bout les éléments enchevêtrés dans les manigances du couple.

Néanmoins, les amateurs du genre apprécieront probablement l’histoire, et plus particulièrement le traditionnel twist final, marque de fabrique de la plupart des thrillers actuels.

Quoi qu’il en soit, pour le meilleur ou pour le pire, à vous de décider !

Emmanuelle Lorriaux
A propos Emmanuelle Lorriaux 71 Articles
Journaliste