Pie XII Dans les coulisses du Vatican de Harold Tittmann

Pie XII

auteur : Harold Tittmann
édition : Samsa
sortie : juin 2015
genre : mémoires

Pie XII Dans les coulisses du Vatican renferme les mémoires d’un ambassadeur américain Harold Tittmann, en poste au Vatican durant la Seconde Guerre mondiale (1939-1944). Celles-ci sont entrecoupées de quelques passages écrits par son fils reconnaissables car ils sont marqués par l’italique pour apporter quelques précisions et souvenirs qu’il garde de cette période de son enfance. Son père étant décédé avant d’avoir pu terminer le dernier chapitre, c’est donc son fils qui le finira avec l’aide des notes personnelles et des documents conservés par son père.

Le titre laissait à penser que nous serions au plus près de ce pape méconnu et probablement mal jugé que fut Pie XII. Les temps de guerre ne sont en effet pas propices à l’élévation des plus grands. Leurs décisions restent obscures car elles nous sont livrées par le filtre des gens qui les ont côtoyés. Malheureusement, on en apprend très peu sur la personnalité du pape ou de ses habitudes. Seuls percent de-ci de-là quelques décisions révélant sa grandeur de cœur comme couper l’électricité du Vatican lorsque Rome n’en profite plus non plus ou encore élever le prix des denrées pour ne pas avoir un meilleur traitement que les autres, pour qu’ils partagent en un sens le malheur de leurs concitoyens malgré leurs nombreux privilèges. Harold Tittmann nous renvoie l’image d’un homme silencieux et réfléchi avec une intelligence palpable.

Le Vatican est une cité très riche et très protégée qui se suffit presque à elle-même et, de par ses attributions et son positionnement religieux, cette minuscule cité est extrêmement importante au niveau politique. C’est assez effrayant de se rendre compte qu’une poignée seulement d’êtres humains dirigent le monde. Et de quelle façon ! Mais ce n’est pas ce qui nous intéresse ici.

La lecture est cependant rendue ardue voir indigeste parfois parce que ces mémoires sont très précises et bourrées de noms de diplomates qui vont et viennent, de télégrammes envoyés à d’autres ambassadeurs étrangers ou à leurs nombreux supérieurs. Il y a également pas mal de commentaires sur la qualité de la nourriture, des bals, de réceptions, d’opéras, de descriptions d’hôtels luxueux, de la possibilité de se procurer des produits frais malgré les rationnements. Détails qui nous sont retransmit ici à travers la vision d’un homme privilégié.

Un regard critique est nécessaire pour remettre les événements en perspective. Nous voyons la guerre par le biais d’une partie très aisée et protégée de la population. Nous ne naissons décidément pas tous égaux. C’est un fait, l’Histoire est très souvent rédigée par les élites. Ce qui en fait un témoignage intéressant mais pas transcendant.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 248 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.