Tout sur Mein Kampf de Claude Quétel

auteur : Claude Quétel
édition : Perrin
sortie : janvier 2017
genre : histoire

Parmi toute la littérature qui fut publiée à ce jour, il est un ouvrage qui a toujours suscité la polémique après avoir reçu le surnom horrible de « bible des nazis » durant le IIIe Reich. Ce livre, c’est Mein Kampf, véritable ramassis d’ignominies dicté plus que rédigé par Adolf Hitler lors de son incarcération dans la prison de Landsberg. Il l’aurait composé dans l’intention de réaffirmer « son ambition qui est de dire à toute l’Allemagne ce qu’ont été et ce que sont encore son engagement, sa vérité, sa mission » (p.58). Hitler est en effet persuadé d’être investit de la mission de purification de la race aryenne…

Si aujourd’hui cette simple affirmation nous arracherait un vague sourire désabusé ou un rictus de dégoût, il reste invraisemblable que toute une population ait adhéré aux idées (du moins au départ) de ce dangereux personnage dont le seul talent réel était celui d’orateur, le propulsant à la tête du pays et octroyant de ce fait suffisamment de pouvoir pour réaliser son « programme politique » qui mènera à la Seconde Guerre mondiale et à un véritable génocide de la population juive.

Claude Quétel, auteur notamment de La Seconde Guerre mondiale (2015) et de L’Impardonnable Défaite (2012), retrace pour nous la création et l’histoire de ce livre maudit. Comment et dans quelles circonstances est-il né, ce qu’il raconte et s’il aurait pu annoncer les atrocités qui allaient suivre, comment fut-il diffusé et quel engouement il déclencha, sachant que le tirage élevé est fortement lié à l’obligation qui fut faites aux familles allemandes de le posséder, et sa diffusion dans les autres pays du monde et enfin, ce que l’ouvrage est devenu et les débats qu’amènent la possibilité de sa réédition.

Depuis le 1er janvier 2016 en effet, les 70 ans nécessaires à ce que Mein Kampf tombe dans le domaine public, arrivent à leur terme et l’ouvrage peut donc à nouveau être publié et deux camps se forment. Certains sont pour, à la condition que l’argent récolté soit reversé à des associations, qu’une mise en garde sur le contenu sois présente en guise d’introduction et que le texte soit argumenté par un vrai travail d’historien. D’autres sont contre, arguant du fait que Mein Kampf est un manifeste antisémite qui pousse à la violence et que s’il a pu influencer les esprits à ce point dans le passé, il peut encore le faire aujourd’hui. De deux choses l’une, c’est faire bien peu de cas de l’évolution de la pensée humaine et du développement de l’esprit critique de l’Homme du XXie siècle et ensuite, plus le livre sera interdit, plus il se trouvera des gens pour le lire. De toute façon, Mein Kampf est loin d’être un monument d’écriture : la prose de Hitler est détestable et ce n’est qu’une suite de redites et de théories flirtant avec l’eugénisme, un véritable déballage de rage, de haine et d’absurdités et il faut bien du courage pour arriver à se farcir les deux volumes accablants qui le compose. Ensuite, libre à chacun de se faire son idée…

Tout sur Mein Kampf apporte un nouvel éclairage sur la genèse et la destinée de cet ouvrage qui n’a pas fini de faire parler de lui.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 248 Articles
Journaliste du Suricate Magazine