Marlena ou comment décrire le plaisir délectable qu’il y a à ne pas être sage ?

titre : Marlena
auteure : Julie Buntin
édition : La Belle Colère
sortie : 26 octobre 2018
genre : roman

Marlena n’a pas de bonnes manières. Marlena rit la bouche ouverte quand elle mange. Marlena a de mauvaises fréquentations. Marlena se drogue. Mais Marlena est adorable.

Cat, quinze ans, voit son équilibre familial chamboulé lorsque son père quitte brusquement le foyer pour une minette décérébrée et superficielle. Sa mère décide alors d’emmener ses enfants dans un trou perdu du Michigan afin de repartir sur de nouvelles bases. Hélas, tout ne se passe pas comme prévu : la mère picole un peu trop, le grand frère de Cat est contraint de trouver un travail à l’usine pour subvenir à leurs besoins et Cat échange son ancien statut de première de classe contre celui d’élève qui brosse plus vite que son ombre. C’est dans cette nouvelle vie, au cœur de la nature dans une bicoque posée sur des parpaings, que la jeune fille fait la connaissance de la voisine, Marlena.

Marlena est de deux ans l’aînée de Cat et, tout comme cette dernière, sa situation familiale n’est pas encourageante étant donné que sa mère l’a abandonnée ainsi que son jeune fils aux mains de leur père, trafiquant de drogue local.

Les deux jeunes écorchées deviennent amies et malgré un départ assez boiteux dans la vie, la combinaison de ces deux êtres pourrait former, comme l’affirme l’une d’elles, LA fille parfaite, produit d’une alchimie particulière qui regrouperait les qualités et les névroses de chacune. Parfois toxique, toujours profonde, l’amitié entre Cat et Marlena ne laisse pas indifférent et nous permet de nous replonger dans cette période bourrée de doutes, de boutons et de complexes que l’on appelle l’adolescence. Sans jamais tomber dans le niais ou le misérabilisme, Julie Buntin nous dépeint le portrait d’une génération embourbée dans un chemin de vie merdique légué par les adultes.

Car oui il faudra t’accrocher cher lecteur, dans ce livre il y a des passages difficiles enfarinés de drogue, imbibés d’alcool et puants le sexe. Dans des cadres familiaux pour le moins farfelus ou éclatés, dans lesquels les limites restent des concepts très approximatifs, le champ est libre pour l’expérimentation. Et l’auteure ne se prive pas d’illustrer ses propos ! Ce qui n’empêche pas des moments poignants de complicité entre mère et fille, frère et sœur et bien sûr entre amies. Après tout, ce n’est pas parce qu’on est relativement pauvre ou légèrement plouc que l’amour ressenti pour les siens n’est pas authentique.

La maison d’édition La Belle Colère a l’intéressante particularité de s’adresser aux adultes en mettant en scène des adolescents. En l’occurrence dans Marlena, l’accent est mis sur le courage et la difficulté d’être à la tête ou de faire partie d’une famille monoparentale mais également sur la souffrance des jeunes causée par des parents démissionnaires, qu’ils soient pères ou mères. Et là, on dit bravo pour la parité.

Dernier petit plus à souligner dans une chronique littéraire : l’amour des livres de Julie Buntin transparaît à travers la présence de pas mal de références…un vrai régal pour les férus de littérature !

Au final, ce roman initiatique se trouve dans la droite lignée des livres adulés du moment tels que La Vraie Vie ou encore My Absolute Darling, et au même titre qu’Adeline Dieudonné ou Gabriel Tallent, Julie Buntin mérite d’être saluée pour cette histoire bouleversante à la fois brutale et tendre.

Une auteure à suivre…

Emmanuelle Lorriaux
A propos Emmanuelle Lorriaux 67 Articles
Journaliste