Les salles de cinéma résisteront-elles aux plates-formes de streaming ?

Alors que la 75e édition du Festival de Cannes s’apprête à ouvrir ses portes aux cinéphiles du monde entier, l’Association française des cinémas d’art et essai (Afcae) a reçu les résultats d’une étude commandée auprès de l’IFOP sur l’impact des plates-formes de streaming sur la fréquentation des salles de cinéma. Et le constat est sans appel : Netflix, Amazon Prime Video et Disney+ jouent bel et bien un rôle dans la baisse des entrées.

Selon l’étude, relayée par les médias hexagonaux, depuis qu’elles sont abonnées à une offre de vidéo à la demande, 29 % des personnes interrogées déclarent aller « moins souvent au cinéma » et 12 % « ne plus y aller » du tout. Des chiffres éloquents et qui ne peuvent être ignorés par la profession, alors que le Festival de Cannes continue de bouder les films sortis uniquement sur les plates-formes numériques.

Netflix, Disney + et Amazon Prime Video, bourreaux des exploitants ?

C’est un fait, la transition vers les plates-formes de streaming et le binge watching à domicile ont le vent en poupe depuis plusieurs années. Avec son statut d’ogre du streaming, Netflix – même s’il a subi dernièrement une perte de 200.000 abonnés – se taille une belle part du gâteau avec des chiffres astronomiques. Selon les données que Netflix souhaite partager, la firme revendiquait en 2021 plus de 8 millions d’abonnés en France (1 million en Belgique) mais surtout 19 millions de personnes se rendant sur sa plate-forme. En effet, le partage des abonnements, autorisé par la société californienne, permet de tisser davantage la toile du grand N.

Gros concurrent, Disney+ et son immense catalogue de produits mainstream (Marvel, Fox, Disney, Pixar, LucasFilm, etc) continue elle aussi à grapiller des abonnés. Les rumeurs parlent de plus de 6 millions d’abonnés en France. Alors que de son côté, Amazon Prime Video gravite un échelon plus bas, faute de proposer un catalogue réellement original ou exhaustif, mais dispose tout de même d’une force de frappe non négligeable, avec son abonnement couplé à la livraison prime et ses prochaines méga-productions comme la série inspirée du Seigneur des Anneaux.

Le prix du billet peu remis en cause

Certes, les plates-formes de streaming ont considérablement modifié le marché et les habitudes de consommation des cinéphiles. Mais une minorité pointe directement du doigt le prix des billets de cinéma. En effet, il n’est pas rare de nos jours de devoir débourser près de 13€ pour une place de cinéma. Comptez également 1€ de plus pour la 3D ou du Laser Ultra, voire 5€ pour du 4DX. Pour une séance classique en famille, la note grimpe à 40-50€, sans les dépenses de nourriture ou le trajet. Un argument de poids pour de nombreuses personnes puisqu’il s’agit ni plus ni moins de la somme nécessaire à financer un abonnement streaming pendant 6 mois.

Le Covid, le grand fossoyeur ?

Enfin, le Covid a eu également un impact sur la fréquentation des salles de cinéma et, probablement, sur le succès des plates-formes de streaming. De fait, selon le directeur de la société de distribution Le Pacte, la fermeture des salles pendant plusieurs mois et le pass sanitaire imposé par la suite ont clairement éloigné les personnes les plus âgées et cinéphiles des salles obscures. Un impact difficilement chiffrable mais qui participe certainement à la tendance générale.

A propos Matthieu Matthys 898 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

1 Rétrolien / Ping

  1. Cinéma : Les salles de cinéma résisteront elles aux plates-formes de streaming ? - ASSOMELAND / SAMAMAAM

Les commentaires sont fermés.