Les Aveugles au Théâtre National

Mise en scène de Josse de Pauw d’après le texte de Maurice Maerterlinck avec Le collectif Vocale GentZukisa Nante et Taka Shamoto. Du 13 au 17 Novembre 2019 au Théâtre National. Crédit photo : Kurt Van Der Elst

Après Les Héros et L’Humanité, le Théâtre National nous présente le dernier volet de la trilogie de Josse de Pauw, Les Aveugles. La pièce est construite autours du texte de Maurice Maerterlinck. Un groupe d’aveugles marchent sur une île. Ils sont conduits par un guide, leur prêtre. Tout à coup, ils ne l’entendent plus. Ils constatent sa disparition et se demandant si il les a abandonné ou bien si il est mort. Incapable de bouger, ils ne savent pas ce qu’il adviendra et deviennent dépendants de chaque bruit et du temps.

Avec la composition musicale de Jan Kuijken, les musiciens du Collegium Vocale Gent interprètent le groupe d’aveugles. Ils sont accompagnés des acteurs Josse de Pauw et Zukisa Nante ainsi que de la danseuse Taka Shamoto sur scène. Le chant a capella du chœur est un véritable appel à l’aide de la part ces âmes errantes. Le silence est insupportable pour ceux dont la vue est cachée. Le temps est précieux et fragile, un fil cristallise la tension de ce groupe sans repère. Autours, un son d’ambiance minimaliste, créé à l’aide des sons de la nature, remplie le plateau et intensifie l’ambiance mystérieuse.

La scénographie est impressionnante : l’image d’un grand escalier en pierres froides nous plonge directement dans un univers surnaturel. Si l’espace construit par le son et l’objet est immergeant, les déplacements des corps ne semblent pas avoir été choisis et sont parfois mal occupé. Ils passent d’une marche à une autre sans but évolutif.

Le metteur en scène utilise l’image symbolique des aveugles pour représenter les réfugiés, essayant de traduire notre terrible actualité. Cette image ne nous ai pas apparu totalement évidente. En effet, les réfugiés font preuve de plus de clairvoyance, malgré l’immobilisme que nous impose le système, que ce groupe nécessiteux d’un maître. Néanmoins la prise de conscience du groupe qui se construit au fil de la pièce est intéressante.

Nous saluons définitivement la performance du Collectif Vocale Gent. Malgré la beauté de certaines images symboliques et sensorielles de Josse de Pauw, le tableau de Les Aveugles ne nous semble pas avoir été développé au maximum.

Luna Luz Deshayes
A propos Luna Luz Deshayes 26 Articles
Journaliste du Suricate Magazine