La Prophétie de l’horloge, une fin du monde pittoresque

La Prophétie de l’horloge

d’Eli Roth

Fantastique

Avec Owen Vaccaro, Jack Black, Cate Blanchett

Sorti le 26 septembre 2018

Inspiré du premier volet du roman de John Bellairs, « La Pendule d’Halloween », le film nous plonge dans l’univers étrange de Lewis Barnavelt (Owen Vaccaro), un enfant de dix ans passionné par l’aventure et les mots. Suite à la perte de ses parents, Lewis se retrouve sous la tutelle de son oncle Jonathan Barnavelt (Jack Black) qui le reçoit avec Mme Zimmerman (Cate Blanchett), une voisine tout aussi extravagante que lui, dans une vieille demeure vibrante de mystères. Au long de son séjour, l’enfant sera confronté à la fascination ainsi qu’aux dangers de la magie noire. Tout commence lorsqu’il est réveillé au cœur de la nuit par le tic tac profond et ténébreux d’une pendule invisible qui retentit dans tous les murs de la maison.

Tout au long de l’histoire, nous sommes accompagnés par une musique magique aux allures gothiques qui se marie bien avec le décor années cinquante et aux couleurs automnales du film. Ainsi, en tant que spectateurs nous avons le loisir de nous faufiler dans la peau d’un jeune enfant de dix ans et regoûter aux frissons d’une légère épouvante mêlée au merveilleux d’un conte de fée… ou plutôt de sorcier ! Dans un compte à rebours qui menace de mettre fin au monde, les scènes se succèdent avec une fluidité agréable qui ne laisse pas de place à l’ennui. En effet, chaque moment est fait pour nous surprendre, nous intriguer et nous divertir. Car si le suspens est maintenu, le couple Cate Blanchett et Jack Black nous amuse avec une complicité pittoresque pleine d’ironie, qui fonctionne plutôt bien. D’autre part, la magie s’unit à l’humanité des personnages et des relations qu’ils entretiennent entre eux ; nous les voyons évoluer dans la recherche de cette confiance en soi qui permet d’affronter tout type de peur, et de trouver sa place dans le monde.

Eli Roth présente donc une histoire classique du genre fantastique qui peut plaire tant aux jeunes préadolescents qu’aux adultes. Cependant, le film reprend le thème très actuel de la sorcellerie avec un symbolisme bien évident qui n’est pas nécessairement inoffensif. En effet, chez un public trop jeune cela pourrait éveiller l’intérêt à une exploration de l’ésotérisme.

En finalité, La Prophétie de l’horloge est un film réussi qui nous fait passer un très bon moment de détente. A voir entre amis ou en famille…

Donata Vilardi
A propos Donata Vilardi 18 Articles
Journaliste du Suricate Magazine