Entretien exclusif avec Dean Wells du groupe Teramaze

Teramaze nous vient tout droit de Melbourne, en Australie. Ce groupe vient de signer chez Mascot Records et va sortir son troisième album, Her Halo le 30 octobre prochain. Un album de très grande qualité qui a déjà retenu l’attention de toutes les critiques du monde du Progressif. Teramaze est sans nul doute l’un des nouveaux talents dont vous allez entendre parler prochainement.

Nous avons donc décidé de discuter de cet album avec Dean Wells, le maestro de la six corde qui est aussi le leader du groupe.

Bonjour Dean !

Merci de nous accorder cet interview pour parler de votre nouvel album, Her Halo.

Pour commencer, peux-tu nous dire comment est né Teramaze?

Eh bien, j’ai créé le groupe en 2000. Mais je l’ai rapidement arrêté pour me concentrer sur d’autres projets musicaux. Ce n’est qu’en 2008 que le groupe a véritablement reprit ses activités et je considère donc que 2008 est le véritable départ de Teramaze. Depuis lors, nous avons déjà sorti un premier album, Anhedonia en 2012. Puis, Esoteric Symbolism en 2014.

Votre nouvel album s’intitule Her Halo. Comment décrirais-tu la méthode d’écriture pour ce disque en particulier ?

Je pense que le groupe était davantage soudé pour cet album. Tout le monde s’est plus impliqué. Si tu regardes les albums précédents, je faisais la majorité des compositions et le batteur contribuait aux variations rythmiques. Mais cette fois, ce fut différent. La plupart des morceaux furent composés online via Facebook. On pouvait ainsi se donner des idées ou des paroles facilement à chaque instant sur internet.

Au final, Her Halo est plus un album que nous avons réalisé vraiment ensemble.

Nathan Peachy a récemment rejoint le groupe en tant que chanteur. Comment avez-vous découvert cet incroyable talent ?

Eh bien lorsque je composais une chanson du nouvel album, j’ai décidé de la proposer sur internet avec quelques paroles qui étaient déjà prêtes alors en vue de faire des auditions. Et la réaction fut meilleure que nous l’espérions. Nous avons reçu des propositions d’un tas de gars très talentueux qui venait des quatre coins du globe. Au final, on a choisi Nathan qui vient également d’Australie. Vous pouvez retrouver la chanson sur l’album à présent. Il s’agit de For The Innocent.

Teramaze-Her-Halo

C’est le premier album que vous sortez sur le label Mascot Records. Était-ce nécessaire de changer de label pour Teramaze ?

Oui, de plus, cela s’est très bien passé. Les gens de Mascot ont été vraiment fantastiques et nous ont beaucoup soutenus durant la production de cet album. Et puis il s’agit d’un assez gros label en Europe qui a des noms importants comme Zakk Wylde, Flying Colors ou encore Joe Bonamassa ! On a beaucoup de chance de pouvoir travailler avec eux et ce fut un réel plaisir.

Où avez-vous trouvé l’inspiration pour cet album ?

En réalité, nous avons décidé de mettre un peu de chacun de nous dans ce disque. On a essayé de retranscrire diverses émotions comme la douleur, la joie, la mélancolie, etc… Je pense que cela s’entend sur le résultat final.

deanwells

Il y a une certaine cinématique dans les thèmes et dans les atmosphères de ce disque. Était-ce un choix délibéré ?

Oui, tout à fait. Her Halo est en fait un album conceptuel. On a donc écrit une histoire pour permettre à l’auditeur de rentrer dans notre univers et de voyager. Il y avait une volonté de mettre davantage d’espace dans les chansons. De proposer quelque chose qui ne soit pas uniquement basé sur la technique avec plus de mélodie. Ce fut beaucoup plus plaisant aussi à écrire.

Teramaze a évolué au fil du temps comme tous les groupes. Quels sont les artistes qui ont le plus influencés le groupe ?

En fait, nous écoutons énormément de groupes. Donc, c’est assez compliqué de répondre à cette question. Pour moi, il y a bien sur des groupes comme Dream Theater ou Tool qui sont assez heavy. Mais aussi des musiques plus pop. On se nourrit de tout ce qu’on entend. C’est aussi ce qu’il y a de plus intéressant dans le Progressif, il n’y a plus de barrières et on peut vraiment faire ce que l’on veut !

Vous venez d’Australie. Le public européen connait parfois mal ce pays. Comment décrirais-tu le quotidien pour un groupe de progressif en Australie ?

Pour être honnête, ce n’est pas un genre de musique très populaire ici. Lorsque tu fais du progressif en Australie, tu joues peut-être deux shows par an. Mais c’est difficile de faire plus étant donné le peu de popularité ici.

C’est pour cela que l’on voudrait tourner en Europe, aux USA ou au Japon afin d’amener le groupe à un autre niveau.

Merci beaucoup d’avoir répondu à nos question. On espère vous voir prochainement sur la route !

Her Halo sortira le 30 octobre chez Mascot Records.

Vous pouvez l’écouter en streaming exclusif en cliquant ici.

Pour plus d’infos sur Teramaze, visitez leur site en cliquant ici.

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 485 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.