« Dans la gueule de l’ours », plongée dans les profondeurs de l’Amérique

Titre : Dans la gueule de l’ours
Auteur : James A. McLaughlin
Editions : Rue de l’échiquier
Date de parution : 16 janvier 2021
Genre : Roman

Classé par le New York Times comme l’un des dix meilleurs Crime Fiction de l’année 2018 et auréolé du prix Edgar Allan Poe 2019 du premier roman, Dans la gueule de l’Ours est disponible dès à présent en français grâce au travail des éditions Rue de l’échiquier.

Criminel en cavale, Rice Moore trouve refuge dans une réserve des Appalaches, au fin fond de la Virginie. Employé comme garde forestier, il cherche à se faire oublier du puissant cartel de drogues mexicain qu’il a trahi. Mais la découverte de la carcasse d’un ours abattu vient chambouler son quotidien : s’agit-il d’un acte isolé ou d’un braconnage organisé ? L’affaire prend une tout autre tournure quand de nouveaux ours sont retrouvés morts.

A la lecture du roman de James A. McLaughlin, on est heureux que celui-ci n’ait pas utilisé les ficelles classiques du thriller, enlèvement, violence des cartels et autres mécanismes éculés pour nous tenir en haleine. En photographe passionné de nature, il sait qu’elle se suffit à elle-même pour nous procurer des sensations fortes et que d’autre part, tout se trouve réuni dans notre environnement familier pour construire des personnages au caractère bien tranché, digne d’un roman. Sur base de ces deux postulats, il va nous immerger dans les forêts de Virginie, à la rencontre de la nature sauvage et d’une certaine Amérique, plus brute et moins policée que l’image traditionnelle que l’on s’en fait.

Certains lecteurs pourraient rester sur leur faim quant à l’intrigue, néanmoins, la majorité reconnaîtront à l’auteur un talent d’écriture indéniable, une faculté de nous faire ressentir les émotions des personnages et de nous plonger dans les forêts des Appalaches comme si nous y étions. C’est sa plume qui relie tous les êtres et toute la matière vivante qui gravite autour des personnages, poussant l’exercice d’hypnose à tout fusionner jusqu’à nous faire ressentir chaque battement, chaque soubresaut.

La force du roman se trouve dans ses descriptions, dans la manière hypnotique qu’à l’auteur à nous faire ressentir la nature. L’intrigue n’est dès lors pas à chercher dans l’enquête elle-même, mais dans la manière avec laquelle les protagonistes se fonderont dans leur environnement afin de ne faire plus qu’un avec lui. Une lecture passionnante et originale qui nous change des traditionnels thrillers.

A propos Vincent Penninckx 245 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine