Christopher Nolan, artisan du nouvel Hollywood

Plus que jamais sur le devant de la scène avec la sortie de Interstellar, Christopher Nolan est probablement l’un des réalisateurs américains les plus en vue du moment. Après une petite quinzaine d’années de carrière sur le grand écran, et déjà quelques 8 longs métrages à son actif, le cinéaste a rapidement conquis les critiques, mais aussi, et surtout, le public grâce à des scénarios audacieux et une réalisation implacable.

S’il ne l’est pas déjà, Christopher Nolan sera sans aucun doute l’un des plus importants réalisateurs de ce début de 21ème siècle. Petit tour d’horizon sur la carrière de ce magicien des temps modernes.

Mini biographie

Né le 30 Juillet 1970 à Londres, Christopher Jonathan James Nolan commence très tôt à faire de petits films amateurs avec la caméra de son père. Un premier court-métrage en 8mm, Tarantella, retient l’attention des médias et est diffusé sur la chaîne publique américaine PBS en 1989.

Plus tard, parallèlement à ses études en Littérature anglaise à l’UCL (University College London), Christopher Nolan réalise deux courts-métrages en 16 mm : Larcency et Doodlebug.

Dès les années 90, « Chris » fréquente Emma Thomas, future femme, mère de ses trois enfants et productrice de ses films.

Carrière

C’est en 1998, avec Following (Le Suiveur), petite production d’à peine 6000 $, que le réalisateur investit les salles obscures. Grâce à un beau parcours dans différents festivals, ce premier long métrage permet à Christopher, et à son frère Jonathan, de mettre en chantier le scénario de Memento. Les dirigeants de Newmarket Films, séduits par le scénario des frères Nolan, proposent à Christopher de le réaliser. Le film verra le jour en 2000 et s’autorise deux nominations aux Oscars, l’une pour le montage, et l’autre pour le scénario. Aujourd’hui, Memento, notamment grâce à son montage à rebours, demeure un film audacieux et à jamais culte.

Deux ans plus tard, Christopher Nolan, ayant acquis la confiance des studios, se voit confier l’écriture et la réalisation de Insomnia avec en tête d’affiche trois acteurs de renommée internationale : Al Pacino, Hilary Swank et feu Robin Williams. Remake d’un film norvégien de Erik Skjoldbjaerg (à vos souhaits), Insomnia sera un succès unanime auprès du public et des critiques.

Après ce succès incontesté et incontestable, les studios Warner Bros confient une véritable bombe à retardement à Nolan : un nouvel épisode de Batman. Le réalisateur y voit une occasion en or, même si son film arrive bien après les versions de Tim Burton (Batman, Batman Returns) et de Joel Schumacher (Batman Forever, Batman & Robin).

C’est en 2005 que Nolan sort le reboot de la saga avec un titre simple mais qui annonce la couleur : Batman Begins. Le film s’attarde sur les origines de l’homme chauve-souris et nous explique comment Bruce Wayne est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Out les versions édulcorées des années 90, le film tend plus vers un certain réalisme que vers une version idéaliste et manichéenne. Au passage, le cinéaste entreprend une collaboration avec l’acteur Christian Bale, l’interprète de son Bruce Wayne/Batman, ainsi qu’avec Michael Caine, interprète du flegmatique Alfred.

Cette collaboration se prolonge l’année d’après dans The Prestige où Caine et Bale sont rejoints par Hugh Jackman et Scarlett Johansson. Le film, adapté du roman éponyme de Christopher Priest, conte la lutte pour l’hégémonie de deux magiciens au début du 20ème siècle. The Prestige voit aussi le retour de Jonathan Nolan à l’écriture d’un scénario, en outre d’un très bon twist final, magnifiquement prenant.

En 2008, suite au succès critique et commercial de Batman Begins, Nolan prend les commandes du deuxième volet, The Dark Knight. La plupart des acteurs principaux du premier opus sont de la partie et deux nouveaux acteurs de génie viennent éclairer ce film volontairement et jouissivement noir, un fait très rare pour un « blockbuster » : Aaron Eckhart, en Double-Face, et le regretté Heath Ledger qui livre une prestation époustouflante et une incarnation très tourmentée du fameux personnage du Joker. La suite du chevalier noir va faire un véritable carton dans le monde entier, surpassant très vite Batman Begins.

Mais c’est en 2010 que Christopher Nolan va réellement mettre en image toute l’étendue de son potentiel avec un film totalement hors normes : Inception. Ancré depuis dix ans dans l’esprit du réalisateur, le scénario de ce véritable blockbuster est d’une maturité exceptionnelle et d’une complexité impressionnante. Le public ne s’était plus autant trouvé dans l’incompréhension depuis le Matrix des frères Wachowski en 1999. Un casting impressionnant, une histoire à couper le souffle et des effets visuels et numériques aux pointes de la technologie font de Inception un succès planétaire qui sera récompensé, entre autres, de quatre Oscars.

7 ans après le reboot de Batman, Nolan clôture sa trilogie avec The Dark Knight Rises. Au vu des deux premiers épisodes, le public était évidemment dans l’expectative d’un nouveau chef d’œuvre. Si la qualité intrinsèque du dernier épisode de la trilogie ne peut être véritablement mise en doute (hormis la mort ridiculement mal jouée du personnage de Marion Cotillard), l’attente fut tellement grande que le public et la presse furent un peu déçus. La réputation du film fut par ailleurs un peu ternie suite à une fusillade aux USA qui eut lieu pendant la première du film.

Enfin, en 2014, Nolan revient avec un nouveau projet dénommé Interstellar (lire la critique).

La suite …

Seul l’avenir nous dira si le talent et l’ingéniosité de Christopher Nolan continuera de nous étonner au fil des années. Mais force est de constater que le réalisateur a déjà réussi un véritable tour de force en imposant son style cinématographique, mélange d’une créativité exceptionnelle et d’ingrédients « blockbusteriens », en seulement quelques années. Nolan est sans aucun doute en train de réinventer un Hollywood qui se cherche depuis quelques années et pourrait bien être une figure de proue d’un nouvel âge d’or du cinéma hollywoodien. Rendez-vous dans dix ans pour un nouveau bilan ?

Filmographie en tant que réalisateur :
Doodlebug (1997)
Following (1998)
Memento (2000)
Insomnia (2002)
Batman Begins (2005)
The Prestige (2006)
The Dark Knight (2008)
Inception (2010)
The Dark Knight Rises (2012)
Interstellar (2014)

Quentin Geudens
A propos Quentin Geudens 95 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.