Bruxelles – Art nouveau de Cécile Dubois

bruxelles-art-nouveau

auteur : Cécile Dubois
édition : Racine
sortie : août 2016
genre : architecture / histoire de l’art

Aux alentours de 1885 émerge, durant la seconde révolution industrielle, une nouvelle forme d’expression artistique, qu’on appellera Art nouveau s’inspirent de sources diverses telles que le japonisme, le pré-raphaëlitisme et surtout, la nature. Un courant artistique extrêmement florissant qui même s’il fut très court dans la durée (il s’arrête en effet brutalement au début de la Première Guerre mondiale), à peine une trentaine d’années donc, laissera durablement son empreinte dans le paysage urbain européen et notamment à Bruxelles, qui fut l’un des foyers les plus actifs de cette nouvelle mouvance et en permit l’essor comme en témoigne les nombreux sgraffites qui ornent toujours les façades de ses maisons rescapées de la Belle Epoque.

Qu’est-ce qu’un sgraffite ? C’est d’abord une ancienne technique qui a été inventée et usitée durant la Renaissance et qui peut être rapprochée de la technique de la fresque puisque qu’on ne peut travailler le mortier que lorsqu’il est humide. Les artistes de la fin du XIXe siècle ont retrouvé cette technique qui consiste à appliquer deux couches de mortier, le but étant d’inciser la couche supérieure claire pour laisser apparaître le mortier inférieur de couleur sombre. Cela donne un dessin gravé qui sera ensuite peint. Quand on sait que la durée de vie moyenne d’un sgraffite est de 40 ans, c’est une chance que la majorité d’entre eux aient survécus à l’épreuve du temps et au climat humide et pluvieux que l’on connait chez nous, même si la plupart auraient bien besoin d’une restauration minutieuse.

Cécile Dubois nous propose 9 promenades qui correspondent à autant de quartiers dans le cœur de Bruxelles à la (re)découverte de ses trésors Art nouveau. Des pépites qui ne s’admirent pas seulement de l’extérieur mais qui se visitent aussi de l’intérieur comme l’Hôtel Tassel, un bijou architectural incontournable, presque un manifeste de l’Art nouveau dépendant de l’école de Nancy ou encore la maison Cauchie dont les magnifiques sgraffites couvrent toute la façade et une partie intérieure du rez-de-chaussée, qui fonctionne comme une gigantesque affiche publicitaire et témoigne du savoir-faire de son propriétaire d’ailleurs le seul artiste belge à s’inspirer de l’école de Glasgow.

Bruxelles – Art nouveau est un formidable guide qui nous présente le Bruxelles nostalgique d’une époque révolue. Les balades sont bien définies et reflètent un travail de recherche soigné et méticuleux. Tout autant que les petites biographies et autres descriptions architecturales qui accompagnent chaque édifice. Seul petit bémol, le choix d’un format A5 n’est pas réellement pratique : trop grand pour prendre place dans un sac à main et trop petit pour profiter des photographies de Sophie Voituron même s’il est vrai qu’il n’est pas destiné à être un catalogue d’exposition mais un guide menant vers l’observation réelle qui se fait en levant le nez de son bouquin.

La Belle Epoque, une période où toute une nouvelle bourgeoisie s’enrichit grâce aux développements conjoints des industries du verre et du métal, une époque de construction frénétique, de projets urbains visant à assainir la ville en laissant la lumière l’inonder. Une courte période certes mais incroyablement intense, où les idées foisonnent, où la créativité semble se libérer du carcan de l’Antiquité, où tout semble possible. Une époque dorée, brusquement abrégée par l’avènement de la Grande guerre qui donna naissance à un courant artistique qui connaîtra une gloire internationale sera détesté après la guerre et finira par tomber dans l’oubli avant de connaitre récemment un regain d’intérêt.

Une époque enfin, à redécouvrir avec bonheur lors d’un dimanche après-midi ensoleillé pour se dérouiller un peu les jambes et en apprendre davantage sur le patrimoine bruxellois sans oublier qu’il doit absolument être protégé. Bruxelles – Art nouveau est un ouvrage parfait pour les amoureux de l’Art nouveau ou toute autre personne voulant se replonger dans le Bruxelles d’un autre temps.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 248 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.