Les doigts rouges de Keigo Higashino

auteur : Keigo Higashino
édition : Actes sud
collection : Actes noirs
sortie : mars 2018
genre : polar

Après que la famille Maehara se soit débattue tant bien que mal pour tenter de camoufler un meurtre, Kaga Kyôichirô et Shûhei Matsumiya, deux policiers issus de la même famille, se retrouvent chargés de l’enquête.

En suivant en parallèle la vie des criminels et l’investigation menée par deux cousins, Les doigts rouges génère un suspense de plus en plus prenant. Pour ce faire, le roman se tourne tout entier vers ses différents protagonistes. L’auteur, Keigo Higashino, les observe au plus près, expliquant chacune de leurs actions dans un style sobre qui lui permet de dire beaucoup en peu de mots. En plus de rendre chaque personnage crédible, voire attachants pour certains, son écriture lui permet surtout de générer l’empathie en dressant des portraits nuancés qui l’aident à scruter les liens familiaux avec une grande acuité. Cela offre notamment à l’écrivain la possibilité de s’interroger sur les relations qui existent entre les différentes générations, ainsi que sur la place des personnes âgées dans le Japon actuel, mais surtout de dresser un constat qui fait froid dans le dos sur une société de plus en plus individualiste, parfois jusqu’au point de non-retour.

Ainsi, si la cellule familiale des Maehara se désagrège un peu plus face au crime commis, cela ne fait que mettre en lumière une situation de base déjà peu reluisante. L’égoïsme et l’indifférence de chacun de ses membres a effectivement tôt fait de s’immiscer entre eux, aidant par-là à la création d’une situation qui ne demandait qu’à basculer.

La subtilité de la description des sentiments de chacun des personnages, et le fait que certains passages soient contrebalancés par l’étude de relations tout aussi complexes mais moins alambiquées, s’unissent pour permettre à l’auteur de ménager quelques lueurs d’espoir. En résulte un roman doux-amer à la justesse désarmante. Avec son mélange réussi d’étude de caractère, d’enquête policière et de critique sociale, Les doigts rouges se pose donc comme un polar psychologique des plus recommandables.

Guillaume Limatola
A propos Guillaume Limatola 114 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine