Les battles du Koek’s ont commencé

Il y a peu, Patricia Bonaventure nous confiait lors d’une interview avoir placé beaucoup d’espoir dans les battles entre humoristes qu’elle organise une fois par mois.

Cet évènement attisant inexorablement notre curiosité, nous avons dès lors poussé une nouvelle fois la porte du Koek’s Théâtre mardi dernier, pour la première battle de la saison opposant deux  humoristes français et deux belges.

Le principe est assez simple : deux artistes à la notoriété naissante mais ascendante s’affrontent. Des petites perles de la scène, souvent jeunes, que notre hôte a pu apercevoir dans l’un ou l’autre festival francophone. Chacun doit convaincre le public dans un temps imparti. Passé ce duel, le public vote à l’aide de petits drapeaux.

En tout, ce sont trois duels qui sont proposés au public. Le lauréat de cette battle se voit alors confronté aux autres vainqueurs dans une demi-finale, puis une finale. L’objectif est tout aussi simple : être programmé au Koek’s l’année suivante.

Mardi soir, la première édition a tenu toutes ses promesses. De fait, les artistes proposés inondaient littéralement la scène de blagues et de trouvailles drolatiques comme on peut rarement en voir à ce niveau. Evidemment, tout n’est pas rodé mais la qualité y est sur beaucoup de points tels que l’originalité, la présence scénique ou encore la rythmique du sketch.

À ce jeu, c’est la belge Esthelle Unik qui a été la plus douée. Plus expérimentée que ses collègues, elle s’est accaparée l’assistance par un texte drôle, un débit rapide et une présence scénique largement supérieure aux autres. Malgré cela, le benjamin de la soirée, le dénommé Félix Radu, était à deux doigts de gagner. Plus axé sur la prose que sur la vanne proprement dite, il a offert un bon moment au public, au sein duquel on pouvait entendre l’une ou l’autre comparaison flatteuse, Raymond Devos ou Bruno Coppens notamment.

Mais la soirée n’aurait pu être aussi qualitative sans les présences de Mélissa Izquierdo et Blandine Lehout. Les deux jolies françaises, incontestables atouts de charme de cette battle, ont été époustouflantes de maturité artistique. Deux stand-up qui nous ont donné une seule envie, les voir à nouveau sur scène dans un spectacle complet.

Pour une première, les battles du Koek’s nous ont séduits.

Commentaires

commentaires

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 631 Articles
, omniscient avorté, avide de nouveautés et en recherche perpétuelle du pourquoi du comment, je suis fondateur, directeur de publication et responsable cinéma du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*