Devin Townsend Project : Transcendence

Hosanna, au plus haut des cieux, le Devin Townsend nouveau est enfin là !

Et oui, chers fidèles du messie, réjouissez-vous, votre idole a de nouveau distillé son art dans un nouvel album intitulé Transcendence.

Ce disque est tout de même le dix-septième album de l’artiste (et le septième du Devin Townsend Project), soit un nombre impressionnant même pour le milieu du rock progressif où l’on sait les artistes extrêmement prolifiques.

Encore quelques années, et Devin rattrapera peut-être Frank Zappa et ses plus de soixante albums.

Bref, penchons-nous sur cette galette de notre ami du pays de l’érable.

Vous le constaterez de suite en l’écoutant, Transcendance est un album particulier à plus d’un titre. Après Z2, la suite du fameux album de l’extraterrestre Ziltoid, Townsend voulu faire quelque chose de radicalement différent. Il voulut expérimenter davantage sur ce disque et essayer de trouver un angle différent de ce qu’il avait pris pour habitude lors de la préparation des autres disques.

dtpband

Au lieu de tout contrôler, Devin choisi de tenter la méthode du « lacher-prise » et de laisser ainsi plus de latitude aux musiciens tout en tenant compte de leur avis sur la soixantaine de chansons composées (oui vous lisez bien) pour finalement en tirer l’essentiel et obtenir ainsi un résultat bluffant.

La manière de composer fut aussi revue. Townsend explique donc que pour composer un morceau, il donnait ainsi des riffs, paroles, ainsi que des grandes lignes aux membres du groupe, comme ce qu’un passage donné était censé faire ressentir à l’auditeur, puis laissait le groupe arranger cela d’une manière qui corresponde à sa vision.

C’est donc une des raisons qui fait que ce groupe porte un nom différent de ce que Townsend a fait dans le passé, il laisse ici chacun s’exprimer et contribuer au résultat final.

Transcendence fut enregistré au Armoury Studios de Vancouver avec Adam « Nolly » Getgood (Periphery, Animals as leaders) comme ingénieur du son. Ce dernier contribua à faire du son de cet album quelque chose de vraiment massif et prenant dès les premiers instants.

La pochette réalisée par Anthony Clarkson a quelque chose de très mystique presque biblique et est très intrigante.

dtpalbum

Townsend frappe ici très fort et est certainement à l’apogée de son art avec cet album hors du commun. Certes on reconnait sa patte, son style qui a fait que Townsend reste une entité sonore à part entière.

On comprend de suite pourquoi Devin est aussi encensé comme le fut son ami Steve Vai. Les deux ont révolutionné leur genre en apportant quelque chose qu’aucun autre artiste n’avait pu apporter auparavant. Comme Vai, Townsend est un véritable maestro de l’arrangement et des effets qu’il utilise certes abondamment mais à très bon escient. Chez Townsend, l’effet sublime la mélodie et nous procure des sensations et des émotions très fortes à chaque morceau.

Sans nul doute, Devin Townsend mérite sa réputation et nous prouve une fois de plus qu’il est bien au-dessus de la mêlée.

Transcendence est l’un des meilleurs disques de cette année dans ce genre et l’on attend avec impatience la venue du canadien en Europe au début 2017.

dtptour

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 479 Articles
Responsable Musique du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.