Cerise à l’eau de vie au Théâtre de la Vie

D’Aurélie Vauthrin-Ledent, avec Laetitia Ajanohun, Alisé Djonga, Leila Putcuyps, Philippe Rasse, Isabelle Renzetti, Jeff Rossion, Denyse Schwab, Alexis Van Stratum, Félix Verhaverbeke

Du 18 au 29 novembre à 20h au Théâtre de la Vie

Dans la pièce d’Aurélie Vauthrin Ledent, le spectateur découvre l’histoire de Cerise. Alors que les massacres de la guerre ont fait d’elle une orpheline, Cerise née Esperanza est adoptée par le chef de brigade en mission dans son village. A son arrivée en France, dans un petit village du Sud-Ouest où les préjugés et la peur font rage, où il est question de la réputation et où la justice peut être absurde, Cerise découvre qu’il est difficile de vivre dans ce monde où tout est plus petit et où les gens médisent derrière leur fenêtre. C’est un récit riche en émotions que la pièce nous conte, à doubles mots, une histoire faite d’échos et de résonnances : la vision de la Cerise qui avait neuf ans et de celle qu’elle deviendra. Aurélie Vauthrin Ledent livre, ici, une recherche scénographique époustouflante et pleine de beauté. On est littéralement plongé dans le monde de l’enfant et de ce qu’elle apprend à dire, enfin. C’est tout le traumatisme de la guerre et du déracinement qui est abordé dans ce texte et l’auteure n’en est pas à son premier essai : Cerise à l’eau de vie est sa seconde mise en scène, après l’adaptation de La rafle du Vel d’Hiv de Maurice Rajsfus, en 2006, dans laquelle elle traitait déjà des thèmes de la souffrance psychologique et de la survivance.

Donnée au Théâtre de la Vie à Saint Josse, Cerise à l’eau de vie est un rendez-vous à inscrire dans votre agenda. C’est un voyage dramatique mais jamais plombant, jamais trop pathétique que l’on fait aux côtés de la petite Cerise, à travers ses mots, ses jeux, les dessins qu’elle trace sur le sol. La mise en scène inclut, aussi– et c’est tout l’avantage inhérent au Théâtre de la Vie – une interaction avec le public qui s’étend jusque sur le plateau. Ce détail vient ajouter à la tension psychologique pouvant émaner du récit et conscientise juste ce qu’il faut, sans pathos inutile, sur le rapport qu’on entretient avec l’autre.

Cerise à l’eau de vie aux Editions L’Harmattan (disponible au Théâtre de la Vie).

Justine Guillard
A propos Justine Guillard 91 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.