L’histoire d’Azerty, en concert à la Chapelle de Boondael pour la sortie de “Jalhay” le 30 janvier

En matière de miracle, il y a toujours un avant et un après… Au départ, il y a donc un projet solitaire, totalement embryonnaire. Les mots en équilibre instable sur les cordes d’une guitare acoustique, Pierre Leroy bricole quelques démos au coin du feu: de petits morceaux de chansons qu’il rassemble sous une signature informatique tapotée à la va-vite: Azerty.

Début 2012, Pierre rencontre Arnaud Clément sur les bancs de l’université. Fin des cours et amorce d’une saine complicité: les deux garçons partagent un goût immodéré pour les mélodies raffinées. Complémentaire, le duo met alors au point les règles d’un jeu de miroir où les âmes se dédoublent et où les voix se juxtaposent en douceur. Au même moment, aux portes des Hautes Fagnes, du côté de Jalhay, une vierge s’illumine miraculeusement à la nuit tombée. À l’annonce du phénomène, des superstitieux se pressent aux pieds de la sculpture avec un paquet de prières et une solide envie d’y croire. Entre-temps, la science a parlé et la statuette a dévoilé son secret: une fine couche de vernis phosphorescent.

Juste après cette révélation, Arnaud est invité par un ami à déguster du cerf dans un chalet de Jalhay. Le hasard des rencontres amène Azerty à revenir ici, quelques mois plus tard, pour un concert. Séduit par la performance, le propriétaire des lieux ouvre à nouveau ses portes au duo. En mai 2014, Pierre et Arnaud retrouvent ainsi la maison de Jalhay, antre chaleureux et confortable d’un disque en gestation. Pour orchestrer ses plus belles idées, Azerty s’entoure du multi-instrumentiste Boris Gronemberger, cerveau de V.O. et batteur métronomique de Girls In Hawaïï. Dans ses valises, le producteur emporte les chœurs célestes de Blondy Brownie (Aurélie Muller et Catherine De Biasio) et le trompettiste Ludovic Bouteligier (Major Deluxe, V.O.).

Rehaussées d’arrangements aériens, les chansons empruntent ici des voies sacrées et déroulent des harmonies vocales aux charmes mystiques. En six titres, Azerty revisite le souvenir de quelques paires légendaires (Crosby & Nash, Simon & Garfunkel) et déambule avec bonheur sur des sentiers traversés par d’autres héros du folk moderne (Kings of Convenience, Syd Matters). De retour d’une tournée franco-suisse en compagnie de Girls in Hawaïï, Azerty lève aujourd’hui le voile sur Jalhay, un premier E.P. lumineux. De jour comme de nuit… Que vous soyez croyants ou pas, découvrez-les à la Chapelle de Boondael à Ixelles ce vendredi 30 janvier.

Square du Vieux Tilleul 10 – 1050 Ixelles
Infos et tickets : https://checkthis.com/azertyjalhay

Déborah Lo Mauro
A propos Déborah Lo Mauro 221 Articles
Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.