Les Vestiges de l’aube : Morts en série

Impression

scénario : Serge Le Tendre et David S. Khara
dessin : Frédéric Peynet
éditions : Dargaud
sortie : mars 2014
genre : Fantastique, Polar, Vampires

Ça vous dirait une énième histoire de vampires ? Si vous n’êtes pas un fan, passez votre chemin, l’histoire ne vous amènera pas beaucoup de nouveautés. Cette nouvelle série s’attarde surtout à convaincre les amateurs de fantastique et d’enquête policière.

On suit l’enquête de Barry Donovan sur des meurtres étranges autour d’une prostituée de luxe. Mais, depuis les attentats du 11 septembre où il a perdu sa femme et sa fille dans l’effondrement d’une des deux tours, Donovan est devenu assez désabusé. Seul rayon de soleil dans sa vie maussade de métro-boulot-meurtres-métro-dodo, les discussions sur internet avec Werner Von Lowinsky, aristocrate cultivé et passionné. Sans même se rencontrer, une complicité fraternelle se noue entre les deux protagonistes. Mais Werner est un vampire, ne pouvant dévoiler ni son identité ni ses pouvoirs, il aide en secret Donovan à résoudre son enquête.

Avec un dessin hyper réaliste, Frédéric Peynet quitte un monde plutôt fantasy pour une enquête sale et glauque dans les rues de New York. Le Tendre, lui, adapte avec son auteur original (ce qui, il faut l’avouer, n’est pas courant), le livre de David S. Khara. L’originalité du récit se trouve entre l’amitié étrange entre ce flic déprimé et ce vampire, qui ressent encore la haine du monde suite aux malheurs vécus pendant la guerre de Sécession. L’histoire oppose aussi la vision de la loi des deux personnages. L’un s’efforçant de respecter le code pénal et la loi moderne, l’autre, encore ancré dans un passé violent et qui applique la loi du Talion.

Comme introduit au début de cette critique, c’est une collection qui s’adresse essentiellement aux fans du genre ou aux lecteurs du livre original, la faute peut-être à une histoire finalement fort conventionnelle et aux rebondissement attendus. Malgré tout, on ne peut pas totalement bouder Les Vestiges de l’aube aux qualités techniques indéniables.

Loïc Smars
A propos Loïc Smars 311 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.