La Tour Mortame à L’Os à Moelle

Texte de François Doms, mise en scène de Vincent Doms, avec Florent Minotti, Sarah Dupré, Robin Van Dyck, Laura Noël et François Doms

Du 3 au 21 mars 2015 à 20h30 à L’Os à Moelle

Bâtie par les frères Doms, La Tour Mortame enracine ses fondations dans les profondeurs de l’Os à Moelle, le plus vieux cabaret de Bruxelles. Pour y accéder, il faut descendre un escalier sombre et étroit qui nous plonge d’emblée dans l’ambiance médiévale du donjon peu reluisant. Une ambiance qui nous envoûtera tout le long de la représentation.

À propos d’envoûtement, celui dont il est question ici opte plutôt pour des allures de malédiction, puisque la pièce nous raconte la terrible histoire de cinq individus condamnés à rester enfermés dans une tour magique, jusqu’au jour où ils parviendront à mettre un nom sur la malédiction dont ils sont victimes. Tout ça à cause de la curiosité de Dame Béatrice. Pourtant, son futur époux, le chevalier Alfonse de la Gloriole, lui avait interdit de se rendre en ce lieu. Mais qu’importe ! La belle, trop curieuse, n’en a fait qu’à sa tête et voilà le résultat : elle et sa suite se retrouvent embarqués dans ce bien mauvais pas.

Au début de l’aventure, les rôles de chacun sont clairement définis. On retrouve le chevalier fanfaron, l’écuyer boudeur, la servante libertine, le garde du corps barbare et, bien sûr, la Dame insolente. Avec le temps qui passe, nos héros, bloqués dans un présent perpétuel, se découvrent des facettes insoupçonnées et tous souffrent chaque minute davantage de la présence des autres. Petit à petit, les rôles sont chamboulés. À quoi rime encore un titre de noblesse lorsqu’on est livré au même sort qu’un écuyer, coincé contre son gré dans une tour infernale ? Bientôt, l’épreuve vire au cauchemar. La folie guette les personnages, les entrainant dans une descente aux enfers que chacun endure à sa manière.

Si assister à cette pièce est un pur plaisir de divertissement, nous nous devons néanmoins de mettre le doigt sur l’une ou l’autre faiblesse, principalement au niveau du texte. En effet, avec un huis clos aussi efficace, qui n’est pas sans rappeler celui de Sartre, on se serait attendu à retrouver quelques pensées poussant la réflexion un peu plus loin sur des sujets tels que la liberté ou la condition humaine, par exemple. D’autre part, l’œuvre mise beaucoup sur l’efficacité des dialogues et du rire, parfois au détriment de l’aspect littéraire de la création. Ceci bien sûr sans aller jusqu’à réclamer des envolées lyriques qui ne se prêteraient aucunement au sujet.

Mais bref, inutile de se montrer si difficiles, car La Tour Mortame est une véritable réussite, portée par une troupe d’acteurs aussi talentueux que jeunes et dynamiques. Le tout soutenu par une mise en scène simple et efficace, effet garanti sur tout public !

Ivan Sculier
A propos Ivan Sculier 67 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.