Frankenstein Junior, la comédie musicale

Dans une cour arrière, séparée de la rue par un fin portail métallique, une troupe d’adolescents s’affaire et scrute brièvement les esquisses de décors plantés çà et là dans la salle de répétition. Partagés entre le plaisir des retrouvailles après de longues vacances et le stress des premiers filages, nos jeunes acteurs entrent peu à peu dans la peau de leur personnage.

Il faut dire que le défi est de taille et la tâche à accomplir l’est donc tout autant. Dans un peu plus d’un mois et demi, ces lycéens jusqu’ici anonymes fouleront les planches du Théâtre Saint-Michel trois soirs de suite pour présenter une comédie musicale déjantée, Frankenstein Junior de l’inénarrable Mel Brooks.

Pour les mener dans cette entreprise titanesque, un capitaine de choix : le jeune metteur en scène belge Damien Locqueneux. L’aventure initiée par l’intéressé n’est en rien fortuite comme il nous l’a expliqué d’emblée : « Au départ, nous avions créé un spectacle au sein du Collège Saint-Pierre à Uccle qui s’intitulait Matilda. Ne pouvant l’exporter en dehors du cadre scolaire, nous avons alors décidé d’en créer un second et de le présenter au public ».

Les mains claquent, les cris laissent place aux chuchotements, la répétition de l’acte 1 commence. Devant nos jeunes artistes s’assoient alors une petite dizaine de professeurs. Tous professionnels dans leurs domaines respectifs, ils sont venus faire de simples amateurs d’art dramatique, des acteurs de comédie musicale. Un genre en pleine ascension en Belgique qui reste pourtant orphelin d’une réelle formation reconnue.

Les scènes s’enchainent, les complicités s’ébauchent et certains acteurs néophytes deviennent alors sous nos yeux des talents en devenir de la scène, tout en s’immisçant dans un ensemble harmonieux. Les personnages prennent alors vie comme une Inga magnifiée par l’aura naturelle de son interprète, ou une Frau Blucher captivant l’assistance grâce au charisme de l’actrice qui a accepté de lui prêter ses traits.

Après deux heures de travail, la répétition touche à sa fin. Nous qui nous attendions à un spectacle scolaire, avons été bluffés par le sérieux qui transpire de cette production audacieuse. Un avis que partage Damien Locqueneux, lui aussi passé jadis par ce genre de spectacle familial : « Nous sommes constamment bluffés par ces ados. Nous avons trouvé les acteurs idéaux pour incarner chacun des rôles ».

C’est notamment le cas du rôle de Frederick Frankenstein incarné par Lucien Dumesnil qui, lorsqu’on lui demande sa perception de son jeune metteur en scène, affirme : « Sur scène, c’est un superbe acteur. Maintenant, comme metteur en scène, il est encore jeune et nous communique quelques fois son stress. Mais il est clair que nous avons de la chance de l’avoir, car il est doué et passionné ».

Une belle aventure pour un spectacle qui promet d’être grandiose les 16, 17 et 18 octobre prochains au Théâtre Saint-Michel.

Réservez vos places via ce lien !

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 830 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.