Downton Abbey : grosse déception, même pour les fans

Downton Abbey
de Michael Engler
Drame
Avec Allen Leech, Maggie Smith, Michelle Dockery
Sorti le 25 septembre 2019

Très attendu par les nombreux fans de la série, le film Downton Abbey reprend là où la dernière saison s’était arrêtée. Nous sommes en 1927 et la famille Crawley apprend avec fierté et angoisse que le roi d’Angleterre George V, alors en tournée dans le nord du pays, prévoit de séjourner à Downton pour une nuit. L’occasion d’un branle-bas de combat pour les maîtres comme pour les domestiques…

Tous les ingrédients de base conservés…

Dès les premières minutes, le film Downton Abbey caresse les fans dans le sens du poil en les plongeant dans l’ambiance de la série. Musique du générique, magnifiques vues aériennes du château, plans travelling qui suivent le facteur de la cour jusqu’aux intérieurs… Le film ne cherche pas à se distinguer de la série mais au contraire à lui être aussi fidèle que possible. Le casting surtout est totalement identique à celui de la série.

Mis à part le personnage de Tom Barrow (Rob James-Collier), devenu bizarrement mou et inoffensif, à l’opposé de son caractère fouineur et calculateur dans la série, les dynamiques principales sont conservées et on ne peut s’empêcher de sourire aux traditionnelles joutes verbales entre la comtesse douairière Lady Grantham et sa rivale Lady Merton, ou encore aux discussions de cuisine entre Miss Patmore et la jeune Daisy.

… mais la sauce ne prend pas !

Toutefois, Downton Abbey s’avère très vite décevant et ultra prévisible. Là où la série développe un des personnages mystérieux et des dynamiques de pouvoir changeantes entre domestiques et propriétaires, le film caricature à l’extrême. Ainsi, les rivalités entre les domestiques de la maison et ceux de la suite royale sont tellement puériles qu’elles annulent tout effet comique, avec des dialogues parfois franchement niais.

Quant à l’intrigue et ses « mystères », ils sont cousus de fil blanc et sans aucun intérêt par rapport à l’évolution des personnages. Seules quelques scènes comme un tête-à-tête entre Lady Mary et sa grand-mère parviennent à créer un court moment d’émotion.

Au final, si le film Downton Abbey reste un plaisir pour les yeux, le résultat est bien en-deçà des attentes, même pour les fans de la série que seule l’écoute du générique met en transe. On ressort de la séance en se disant que Julian Fellowes aurait mieux fait de résister à la tentation d’offrir un dernier « hommage » à la série.

Soraya Belghazi
A propos Soraya Belghazi 107 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine