Bootblack tome 2: l’envers du rêve américain

Scénario : Mikaël
Dessin : Mikaël
Éditeur : Dargaud
Sortie : 11 septembre 2020
Genre : Aventure

Auteur de Giant, Mikaël clôture avec Bootblack Tome 2 son fascinant dytique sur un New York mythique et onirique. On y retrouve donc la structure en flashbacks qui nous replonge dans l’ambiance du New York d’avant-guerre, peuplée de millions de migrants pour qui l’Amérique a valeur d’unique rêve et de planche de salut.

Allemagne, 1945. Les troupes américaines traquent les derniers soldats ennemis. Dans leurs rangs, un homme n’a pas fait le deuil de son passé. Ancien cireur de chaussures sur les trottoirs de New York, un Bootblack, il est né sous le nom d’Altenberg, mais il préfère qu’on l’appelle Al Chrysler. Pour oublier l’horreur de la guerre, Al se réfugie dans ses souvenirs, à l’époque où il n’était qu’un gamin des rues de Manhattan. Avant de s’engager, il a passé dix années en prison. Aujourd’hui, il a 25 ans. La femme de sa vie, Maggie, n’est plus qu’un reflet dans sa mémoire. Tous ses copains sont morts. Tous, sauf un, « Diddle Joe », qu’il revoit sur le front. Leurs retrouvailles seront brutales : Al découvre que « Diddle Joe » les a trahis…

Sortir de sa condition à tout prix

S’il y a une chose que l’auteur souligne avec force dans ce récit, c’est que l’Amérique est une terre où l’individualité et le chacun pour soi priment. Si certains espèrent y faire fortune et trouver un avenir meilleur, c’est souvent aux dépens d’un autre moins chanceux ou fortuné. Survivre en Amérique en tant qu’immigrant n’est pas chose aisée et dans la double trahison vécue par Al dans cet ouvrage, tant de la part de Joe mais également de Maggie, on prend conscience que la solidarité est un vain mot lorsqu’on a la possibilité de progresser et se faire une place dans cette société extrêmement dure et égoïste.

Bootblack Tome 2 est donc un album assez sombre, magnifié par les splendides vues de New-York. Après Giant, il clôture donc le second diptyque des aventures de ces migrants qui ont tout abandonné pour tenter leur chance en Amérique. Un ouvrage intéressant pour montrer que sortir de sa condition a souvent été un rêve inaccessible dans ce pays des opportunités.

A propos Vincent Penninckx 193 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine