Blinky Bill, plein de bonnes koalités

Blinky Bill
de Deane Taylor et Noel Cleary
Animation
Sorti le 18 septembre 2019

Quatorze ans après sa dernière apparition télévisée dans Le Noël de Blinky Bill (2005), le koala le plus malin et le plus habile d’Australie est de retour sur nos écrans ! Mais cette fois-ci, Bill n’est pas venu « faire la guerre à ces humains » mais plutôt retrouver son père disparu depuis de nombreuses années.

Préquelle des aventures du célèbre koala imaginé en 1933 par l’auteure Dorothy Wall, cette nouvelle adaptation donne à voir un Blinky Bill n’ayant pas encore vécu toutes les aventures qu’on lui connaît. Cette fois-ci, à défaut de sauver sa ville bien aimée de Greenpatch, le koala le plus sympathique de l’histoire du Septième Art partira à la recherche de son père afin que ce dernier puisse rentrer à la maison et déjouer les plans du cynique maire Cranklepot.

Comme le synopsis le laisse deviner, Blinky Bill base son propos sur le principe de la quête initiatique dans laquelle Bill partira à la recherche de son père qu’il adule au-delà de tout, sans réaliser que cette aventure l’amènera à devenir lui-même le héros de sa propre aventure. Ce faisant, loin de son paisible village, il sera confronté à la triste réalité de notre monde : déchets, pollution, animaux écrasés au bord de la route, etc.

Ainsi, si dans cette nouvelle adaptation, le célèbre koala ne doit pas protéger son village de la folie humaine comme c’était le cas dans ses premières aventures, le commentaire écologiste n’est jamais véritablement loin. Bill découvrira par conséquent un monde parsemé de dangers, aussi bien liés à la responsabilité humaine qu’à certains animaux antagonistes.

Néanmoins, dans sa confrontation au monde réel, Bill rencontrera diverses personnes susceptibles d’éclairer la noirceur de ce nouvel univers, comme Nutsy et Jacko ou encore Wombo, Beryl et Cheryl. Par la même occasion, le film deviendra quelque peu zoologique, en faisant la part belle à la faune australienne : koalas (Bill et sa famille, Nutsy), kangourou (Splodge), lézard à collerette (Jacko), Wombat (Wombo), ou émeus (Beryl et Cheryl).

S’il souffre d’une animation pas toujours à la hauteur de ce qui se fait aujourd’hui, sa modestie de forme ne doit pas décourager les spectateurs d’aller voir ce Blinky Bill version 2015 (le film est en réalité sorti il y a déjà quatre ans en Australie et aura même donné lieu à une série télévisée en 26 épisodes, The Wild Adventures of Blinky Bill, de 2015 à 2017). Car celui-ci possède toutes les qualités pour passer un excellent moment : des personnages attachants, des moments drôles, un commentaire sur l’importance de la famille et de l’amitié, une composante écologiste, quelques retournements, quelques moments poignants, etc. En somme, une formidable aventure familiale dont il ne faut certainement pas se priver !

Alexandre Alvarez
A propos Alexandre Alvarez 159 Articles
Journaliste du Suricate Magazine