“Batman : Soul of the Dragon”, doigt d’honneur aux Defenders

Batman : Soul of the Dragon
de Sam Liu
Animation, Fantastique, Action, Aventure
Avec David Giuntoli, Mark Dacascos, Michael Jai White
Sorti en DVD le 17 février 2021

Après avoir combattu des Ninjas et arrêté Jack l’Éventreur, voici que Batman revient dans un tout nouvel Elseworlds situé dans les années 1970.

Quarantième épisode du DC Universe Animated Original Movies lancé en 2007, Batman : Soul of the Dragon met notre héros en présence de King Kobra, leader d’un culte cherchant à ramener sur terre le démon Nāga. Aidé par Richard Dragon, Lady Shiva et Bronze Tiger, le Chevalier Noir sera confronté à toutes sortes de monstres ainsi qu’à des fantômes du passé.

Brassant des influences de monuments du Septième Art, cette nouvelle aventure de Batman ira puiser dans certaines grandes séries comme James Bond, Mission: Impossible et certains films de Bruce Lee. Le pré-générique comportera ainsi un plan d’ouverture tout droit tiré de James Bond 007 contre Dr No (Terence Young, 1962) et enchaînera ensuite divers éléments constitutifs des films d’espionnage de l’époque, avant de se conclure sur un saut en parachute repris de Tuer n’est pas jouer (John Glen, 1987). Le tout saupoudré d’un peu d’Opération Dragon (Robert Clouse, 1973).

Cette avalanche de références culminera dans un générique en ombres chinoises clairement calqué sur les meilleures ouvertures des films du plus célèbre agent des services secrets de Sa Majesté.

Le rassemblement des différents protagonistes du film permettra encore de pousser cette logique un peu plus loin. Ainsi, la présence de Bronze Tiger à l’écran, permettra d’intégrer quelques éléments de Blaxploitation à l’histoire, le tout souligné par la bande son funky de Joachim Horsley.

Derrière tout cela, Batman : Soul of the Dragon se veut plus mature, dans la mesure où le film comporte une interdiction aux moins de douze ans, en raison de la présence de sang à l’écran, de personnages qui meurent et de l’une ou l’autre insulte. Ce qui diffère relativement par rapport aux autres films animés de la licence qui visent généralement un large public.

Ainsi, par son esthétique, ses thématiques et ses références, ce nouvel Elseworlds s’adresse à une autre audience que la majorité des précédents films consacrés au Chevalier Noir.

Plus encore, Soul of the Dragon fera à bien des égards penser à Iron Fist, célèbre maître des arts martiaux de l’écurie Marvel. On ne pourra alors s’empêcher de songer à ce qu’aurait pu donner une bonne adaptation d’Iron Fist et, plus encore, une bonne adaptation des Defenders – le scénario du film dont il est ici question est d’ailleurs fortement similaire à celui de la série Defenders diffusée en août 2018. Ce nouvel animé DC Comics viendra alors remuer le couteau dans la plaie de ces deux séries Netflix ratées puis annulées en 2018.

En conclusion, sans avoir rien de révolutionnaire, Batman : Soul of the Dragon constitue un sympathique cocktail rétro brassant quantité de références aux films d’espionnage, d’arts martiaux et à la Blaxploitation, tout en constituant un pied de nez aux adaptations Marvel ratées que sont Iron Fist et les Defenders. Quand on sait que DC Comics a parfois eu tendance à mesurer l’intérêt du public par le biais d’adaptations animées (Batman v Superman comportait de nombreux éléments tirés de Superman : Doomsday et The Dark Knight Returns, tandis que The Flashpoint Paradox est actuellement en phase de développement, sept ans après la sortie du film animé), on peut se demander si certains producteurs n’auraient pas une idée derrière la tête…

A propos Alexandre Alvarez 198 Articles
Journaliste du Suricate Magazine