Anna, le nouveau film de Luc Besson qui dépote !

Anna
de Luc Besson
Action, Thriller
Avec Helen Mirren, Sasha Luss, Luke Evans
Sorti le 10 juillet 2019

Luc Besson se lâche dans le registre film d’action et campe avec son nouveau film Anna, une héroïne de la trempe de Nikita. Qui est Anna ? Une jeune femme russe aux vies multiples, fille de soldat, compagne de bandit, agent secret, top-modèle, amante torride. Sur un tempo serré et au cours d’un film avec des scènes de bagarre seule contre tous, Luc Besson nous invite à vibrer avec et pour elle, comme un pendant féminin au célèbre agent 007.

Anna, une jeune femme russe, orpheline depuis ses 17 ans, vivote auprès d’un petit ami truand quand, au terme d’une course poursuite meurtrière, on lui impose de rejoindre le KGB. Forte et dotée d’un mental d’acier, Anna exécute ses premières missions haut la main et devient vite une agent d’élite. Ses missions vont crescendo jusqu’à ce qu’elle parvienne à piéger et tuer un oligarque russe. Sa route croise alors celle d’un haut gradé de la CIA et elle se retrouve contrainte de jouer les agents doubles. Prise entre deux feus, Anna cherche comment échapper à ce destin de tueuse en série sur fond de concurrence entre les services secrets américains et russes. Férue d’échec, ce sera grâce à sa capacité à jouer plusieurs coups d’avance qu’elle parviendra à mener sa barque comme elle l’entend.

Avec sa blondeur et ses yeux bleus éclatants, Anna est à la ville l’un des top-modèles les plus en vogue du moment. Sa beauté, utilisée comme appât par le KGB, attire aussi les convoitises de deux agents du premier cercle du KGB et de la CIA, alors qu’elle s’engage dans une relation de longue durée avec l’une de ses amis mannequins. Dans ce triangle amoureux, jamais elle ne dévoile ses sentiments et ne livrera que son désir de sortir de l’engrenage des services secrets pour mener une vie libre dans un endroit ensoleillé.

Le personnage d’Anna fait le poids contre les volontés masculines qui cherchent à la soumettre, tout en nous laissant sur notre faim sur ses envies réelles. Après une telle cadence, on la voit mal s’adapter à une vie de routine et indolente. Luc Besson a également ciselé un autre personnage féminin de calibre dans ce film où les hommes ont définitivement les seconds rôles. Olga, sa chef du KGB, interprétée avec mordant par Helen Mirren, se révèle tour à tour manipulatrice, impitoyable et solidaire.

Luc Besson nous offre ici un film trépidant, fait de va et vient dans les multiples vies d’Anna. La bande-son énergisante accompagne ce mouvement. A deux reprises, il la place en situation de devoir sauver sa vie en menant combat contre une multitude d’hommes prêts à l’abattre. Assez peu vraisemblable, mais cela offre de bons moments de cinéma.

Sorti sur fond de polémique sur les errements de Luc Besson avec les femmes et plutôt mal reçu par la critique américaine, Anna est un film d’action agréable à voir, avec une chorégraphie bien menée et de l’intensité dans l’écriture. La guerre froide est finie depuis longtemps, mais il y a comme un profond parfum de nostalgie à voir ainsi remis en scène la concurrence russo-américaine. Au final, on reste sur l’envie de mieux connaitre cette fameuse Anna et de voir si, d’une part, son ancienne chef honorera sa promesse dans la durée et, d’autre part,  si son amant de la CIA acceptera faire une croix sur elle. Une suite pourrait donc aisément s’envisager.

Myriam Watson
A propos Myriam Watson 32 Articles
Journaliste du Suricate Magazine