Aldobrando: un récit initiatique chatoyant

Scénario : Gipi
Dessin : Luigi Critone
Éditeur : Casterman
Sortie : 15 janvier 2020
Genre : Aventure

Piloté par le duo Gipi (Notes pour une histoire de guerre, La terre des fils) au scénario et Critone (La rose et la croix, 7 missionnaires) au dessin, Aldobrando est un grand récit initiatique se déroulant dans un monde médiéval, verdoyant et ensoleillé comme la campagne italienne.

Récit initiatique

Avant de « descendre combattre à la Fosse » le père d’Aldobrando sachant son heure venue, le confia à un mage. Celui-ci devrait le protéger et l’éduquer jusqu’à ce qu’il soit en âge de découvrir le vaste monde. Quelques années plus tard, voilà que la préparation d’une potion tourne au drame. Grièvement blessé à l’œil par un chat qui ne voulait pas bouillir, le mage demande à son jeune protégé d’aller en urgence lui quérir l’Herbe du loup. Mais comment peut-on se débrouiller en botanique alors que l’on n’a jamais mis un pied dehors et que le premier individu que l’on rencontre est un assassin ?

A la lecture d’Aldobrando, le lecteur devine les différentes influences du scénariste : du héros naïf et candide qui nous évoque le personnage du roman de Voltaire ou celui plus chevaleresque de Cervantes lorsque rien ne peut le dévier de sa quête, au règlement des différents dans l’arène qui rappellera certains passages de Game of Thrones. Page après page, le lecteur suivra avec plaisir l’évolution de ce héros, nourrie par ses nombreuses rencontres et les intrigues fourbies par des personnages avides de pouvoir et d’argent.

Un récit sublimé par le dessin

Si le scénario est prenant, il faut également mettre l’accent sur le dessin de Luigi Critone, véritable chef d’œuvre qui vient sublimer le récit à chaque page. Que ce soit à travers le rendu des paysages qui évoquent des peintures de la campagne italienne ou le travail sur les visages qui apporte un supplément de caractère aux différents protagonistes de cette saga.

Aldobrando est une œuvre qui se dévore d’abord avec les yeux, tant le travail sur les couleurs et le graphisme a été poussé à un niveau d’excellence que l’on voit rarement. Une fois que le lecteur aura terminé d’admirer les planches, il pourra entamer la lecture d’un grand récit d’aventure picaresque. Un album qui est donc doublement à conseiller !

Vincent Penninckx
A propos Vincent Penninckx 125 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine