Cabaret du bout de la nuit au Théâtre National

D’Axel De Booseré et Maggy Jacob / Cie Pop-Up, avec Mireille Bailly, François Bertrand, Didier Colfs, Isadora De Booseré, Bruce Ellison, Fabian Finkels, Ambre Grouwels, Jean-Luc Piraux

Du 4 au 15 novembre 2014 à 20h15 au Théâtre National

Ce n’est jamais à la légère que l’on attribue cinq étoiles à un spectacle, et une fois n’est pas coutume. N’y allons pas par quatre chemins : Cabaret du bout de la nuit nous a complètement charmés. Dès lors, si la qualité d’une représentation justifie la note de cinq sur cinq, à quoi bon se priver de la lui accorder ?

Rideau. Petit compte à rebours qui nous propulse dans le passé et déjà la pièce commence. D’emblée on nous plonge dans le bain. Ça chante, ça danse, ça joue, et tout régale. Les scènes s’enchaînent rapidement, le fil conducteur est léger voire ténu mais qu’importe ? Ici, la légèreté semble être le mot d’ordre. Précisons que l’objectif de ce music-hall nocturne n’est pas de mettre en scène une histoire classique, avec une intrigue bien goupillée, un début et une fin, mais plutôt de proposer une vue panoramique et musicale de la société à l’aube du vingtième siècle.

C’est donc dans cette optique fragmentée que le répertoire musical de la pièce décline une succession de saynètes tantôt hilarantes, tantôt touchantes et tantôt entrainantes. À travers ces saynètes sont exploitées de nombreuses thématiques qui, une fois rassemblées, dressent un aperçu des mentalités les plus répandues entre 1910 et la fin de la première guerre mondiale. Nous dirions même plus : elles offrent un aperçu de l’évolution des mentalités qui gouvernèrent cette époque.

Les thèmes exploités, quoique profonds ou douloureux, sont toujours abordés avec une certaine légèreté, ou du moins, avec beaucoup de tact. Nous abordons ainsi des questions telles que condition de vie des petites gens, celle des bourgeois ou encore des femmes ; le racisme ambiant d’avant-guerre, l’éducation ou encore la pauvreté et la mendicité. Puis arrivent les temps plus durs, le poilu part au front la tête haute, les profiteurs de guerre cherchent à s’en mettre plein les poches et très vite on déchante, bien que toujours en musique ! En effet, les tubes s’enchaînent sans relâche, ceux d’antan mais aussi ceux d’aujourd’hui. L’ensemble entrecoupé de brides de discours et des meilleures scènes de la pièce bien connue On purge bébé !.

Afin de conserver quelques éléments de surprise intacts, nous n’en dirons pas plus, mais nous soulignerons néanmoins avec insistance la remarquable performance des acteurs et de l’orchestre, qui durant toute la durée du spectacle cabaret ne s’autorisent pas la moindre fausse note, bien au contraire ! Enfin, sachez que le spectacle sera en tournée à l’Atelier théâtre Jean Villar de Louvain-La-Neuve du 18 au 22.11.14 ; au Palais des Beaux-Arts de Charleroi les 28 et 29.11.14 ; et aux Théâtres de la Ville de Luxembourg les 24 et 25.04.15.

Ivan Sculier
A propos Ivan Sculier 66 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.