Anima, cosplay et rencontres professionnelles

De drôles de personnages se baladaient ce mardi dans les couloirs du Flagey. Dignes du Cosplay d’Anima (NDLR : incarnation de personnages de mangas ou de cinéma), ce sont des chats, un panda, Hauro le magicien (personnage de Miyazaki dans Le Château ambulant), une femme balafrée, des souris, et bien d’autres étranges personnages qui ne semblent n’avoir en rien perturbé le programme du festival Anima qui se déroule avec la même vigueur que celle des premiers jours.

Les courts métrages en compétition internationale sont toujours d’aussi bonne qualité de manière générale. Certains plus abstraits sont certainement plus difficiles à suivre. Mais cette variété offerte permet de montrer l’incroyable champ des possibilités de l’animation pour raconter une histoire, une émotion, un quelque chose. Il sera très certainement difficile pour le jury de départager le gagnant, ainsi que pour les spectateurs, avec le très estimable prix du public que nous découvrirons ce dimanche.

Il en va de même pour les sélections de courts métrages belges qui ont été projetés pour la première fois ce lundi, mardi et mercredi. La quasi-totalité relève d’un réel professionnalisme et d’une qualité indéniable. Les histoires sont à la fois marquantes, cruelles, sympathiques, mignonnes, un peu drôles, parfois sérieuses. En tout cas, l’ensemble des trois différents programmes de cette sélection belge vaut clairement le détour, et heureusement, il vous sera possible de pouvoir y assister une toute dernière fois aujourd’hui à 17h30 et vendredi à 22h.

N’oublions pas les longs métrages en compétition. Et dans ceux-là, il y a Rocks in my Pockets de Signe Baumane. Ce film autobiographique nous raconte l’histoire des femmes d’une famille dont beaucoup, à commencer par la grand-mère, semblent être prises de maux si forts qu’ils les menacent de dépression, de folie, de schizophrénie. Ce film est sans conteste une œuvre généreuse, qui malgré la corde sensible du thème, est pris sur un ton beaucoup plus léger. Nous sommes guidés par la voix magnétique de la réalisatrice lettonne parlant anglais avec un accent qui vient rouler les mots si vite qu’ils nous entraînent tout au long du récit, nous prennent et nous emmènent. On est plongé, fasciné, d’autant plus que cette histoire est vraie. Ne ratez pas l’occasion de voir ce film que vous pourrez (re)découvrir ce vendredi à 20h. Il vous sera également possible de rencontrer Signe Baumane aujourd’hui à 18h pour le Meet the Talents. La personnalité de l’auteure vaut le détour. Elle n’hésite d’ailleurs pas à demander à la salle “N’avez-vous rien de mieux à faire que d’être ici ? Partez faire du sexe, c’est mieux !”. Et le sexe est un autre de ses sujets de prédilection, que vous pourrez découvrir avec une sélection de courts métrages intitulée Signe Baumane : Life, Love & Sex. L’ensemble est très varié, pas toujours facile à suivre, tandis que d’autres sont complètement captivants. Beaucoup sont influencés par Bill Plympton avec qui la réalisatrice a beaucoup travaillé. Vous apprécierez le ton décalé de cette belle sélection que vous pourrez voir ce soir à 20h.

Anima qui vibre depuis quasiment une semaine n’en a pas fini. Il reste encore quatre jours complets de festival, et pas des moindres. Car les très attendues conférences professionnelles (également pour les débutants) vont se multiplier. Déjà hier s’est déroulée brillamment la journée conférence donnée par Marlon Nowe, animateur talentueux ayant travaillé entre autres pour Disney (Raiponce, La Reine des neiges, …). Aujourd’hui se tiendra à 11h un workshop (Getting your animated film out there. The do’s & don’t) sur les trucs et astuces pour produire un court métrage d’animation et pour le diffuser ; et à 14h30 se donnera une conférence sur l’utilisation des transmédias tels que les webséries. Pour les prochains jours, plusieurs autres rendez-vous professionnels auront lieu, entre autres avec Alexandre Heboyan travaillant chez Dreamworks ou Kristien Vanden Bussche ayant travaillé avec des pointures telles que Tim Burton sur Frankenweenie, ou les studios Laïka sur Les Boxtrolls, film qui sera diffusé ce vendredi à 16h et le samedi à 14h.

N’oublions pas d’évoquer la très fameuse Nuit Animée du samedi qui débutera dès 21h30 et ce jusqu’aux premiers chants d’oiseaux. Pour l’occasion, des courts métrages inédits ont été sélectionnés. Ce n’est pas tous les jours qu’il est possible de passer la nuit au Flagey !

Photo d’illustration © Rocks in my Pockets

Aurore Wouters
A propos Aurore Wouters 15 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.