Le Visage de Satan de Florent Marotta

Le visage de satan

auteur : Florent Marotta
édition : Taurnada
sortie : décembre 2015
genre : thriller

Dans les rues de Paris, des cris retentissent. Des groupes de fanatiques se forment spontanément et haranguent les passants en criant sur tous les toits l’avènement de la fin du monde. Plus que quelques jours. Dans ce climat pesant, des contre-manifestants s’opposent à ces illuminés quitte à ajouter angoisse et insécurité parmi les foules. Dans un même temps, une série de meurtres sataniques assez effroyables alourdissent davantage l’atmosphère. C’est dans cette ambiance plus que chaotique que Gino Paradio, détective privé, se voit confier la mission d’enquêter sur la mort de Walter Pech, un rentier richissime. La femme de ce dernier est convaincue que son défunt mari n’est pas mort d’une crise cardiaque mais a bien été assassiné. Le détective, lui-même tourmenté par ses propres démons intérieurs, devra démêler le vrai du faux d’une enquête diaboliquement corsée.

Au diable l’avarice…de tripes et de sang ! Les amateurs d’hémoglobine seront aux anges avec le dernier roman de Florent Marotta. Ames sensibles s’abstenir, vraiment ! Ici on éventre, on égorge, on étripe, on taillade, on crucifie et on arrache des langues. Et pourtant, par-delà les entrailles béantes et fumantes, on se plonge dans une enquête noire aux multiples rebondissements mêlant satanisme, mafia, orgies…si si, il y a même du sexe. Un livre qui constitue donc un excellent divertissement.

L’atmosphère mise en place par l’auteur est également interpellante. La peur combinée à une anarchie naissante sont omniprésentes car les assassinats et les rassemblements de fin du monde mettent chaque citoyen sur les dents, à l’affût du danger qui pourrait se produire à chaque coin de rue, le tout dans la méfiance de l’autre. Comment appliquer le Bien quand le monde a l’air de basculer du côté obscur ? Par quel moyen des pervers satanistes parviennent-ils à endoctriner des personnes fragiles qui vont jusqu’à sacrifier des innocents ? Des questions qui font écho en chacun de nous et qui rappellent la sombre actualité que nous vivons.

Et puis l’attrait principal de ce roman est Gino Paradio, le détective. Un anti-héros comme on les aime, bourré de paradoxes. Ours solitaire préférant l’alcool aux relations et la baston au dialogue, sa personnalité torturée n’est pas étrangère au fait qu’il ait perdu ses proches de façon violente. Et pourtant c’est un grand gentil qui a le cœur sur la main, qui secourt les demoiselles (les autres aussi d’ailleurs) et qui découvre également qu’il est capable d’éprouver des sentiments envers des êtres de chair et de sang. Tout cela ne fait que le rendre attachant, voire attirant. Car s’il est présenté au début de l’enquête comme un privé alcoolo-dépressif limite propre sur lui, il devient, de manière imperceptible au fur et à mesure des événements, un beau mec chevaleresque des temps modernes. C’est ça la magie de l’écriture.

Seul petit bémol, un léger manque d’originalité sur la fin. Mis à part cela, Le Visage de Satan est une lecture diablement conseillée…

Emmanuelle Lorriaux
A propos Emmanuelle Lorriaux 62 Articles
Journaliste

1 Rétrolien / Ping

  1. Le Visage de Satan de Florent Marotta | Des liv...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.