Trac au Théâtre des Martyrs

De et avec Bruno Coppens, mise en scène de Eric de Staerke –

Du 11 au 31 décembre 2014 à 20h15 au Théâtre de la Place des Martyrs

Le dernier spectacle de Bruno Coppens est un voyage du trac dans le temps au cours duquel le comédien emploie les mots à sa guise pour expliquer les origines de ce mal de scène. En replongeant dans les fondements de cette angoisse universelle, Bruno Coppens évoque tous ces éléments qui nous caractérisent à l’unisson : tout ce qui, depuis l’origine du monde, déstabilise l’humain. Du trac d’Adam au trac du comédien en passant par le trac de l’émoi affectif, il est question de cette faille qui nous remet à notre place de terrien. Avec pour outil principal la langue, Bruno Coppens se livre à une prouesse de concentration en enchaînant les parades et les jeux de mots, en agrémentant selon sa propre composition les expressions et les références. Au-delà de cette prouesse, la performance du comédien est à saluer car, sans nul doute, Brunon Coppens est un homme de scène qui sait de quoi il parle et dont la justesse de jeu est indéniable.

Tout dans ce spectacle est modulable jusqu’aux éléments du décor avec lesquels il joue et s’amuse : une originalité de mise en scène articulée dans le détail mais tout à fait efficace. Dans Trac, Bruno Coppens teste et se met en danger, jusqu’à se mettre dans la peau du slameur. Sur ce dernier point, on se dit toutefois que la prouesse peut avoir des limites et que certaines spécialités feraient bien d’être gardées par les spécialistes. De même, à jouer autant avec la langue, gare à lasser le spectateur. Que les amoureux de la pirouette linguistique se réjouissent, il y en a à la pelle dans le spectacle. Pour les autres que ça agace, mieux vaut éviter. Ce show humoristique à la sauce blanc-bleu-belge est néanmoins une réussite et un rendez-vous incontournable pour les fans de la première heure mais il est pertinent de préciser qu’une connaissance du territoire et de sa culture est nécessaire pour cerner toutes les subtilités du texte.

Justine Guillard
A propos Justine Guillard 91 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.