Showmeur Island : souriez, vous êtes exploités

showmeur island affiche

Ecrit et mis en scène par Mohammed Allouchi, Rachid Hirchi et Fionn Perry, avec Mohamed Allouchi, Karen De Paduwa, Rachid Hirchi, Caroline Lambert (en alternance avec Audrey Devos), Omar Meloul, Ilyas Mettioui, Mohamed Ouachen et Fionn Perry

Du 11 au 28 novembre 2015 à l’Espace Magh

Ce mercredi, les Voyageurs sans bagage faisaient leur retour sur scène avec Showmeur Island. Bienvenue dans un monde où la chômophobie possède tous les esprits.

Valérie ne rêve que de passer top manager, Mohamed trompe ses peines de coeur en enfilant son costume de comptable servile, Christophe se la joue gangsta derrière le volant de son transpalette… « Ensemble », ils travaillent dans la même boîte, avant de finir dans le même bateau : celui du chômage.

Nous sommes en 2045 et le paysage a légèrement changé. 15 heures, c’est une petite journée de boulot, enfin pour les 53% d’actifs restants, qui se doivent d’être exemplaires pour tenir jusqu’à la retraite… Fixée à 85 ans. Si les chômeurs sont en passe de devenir la majorité, personne ne veut être des leurs, la chômophobie règne partout.

Vous y voyez un contexte morose pas si loin du nôtre ? Un manque d’imagination que ne partage pas un super-président-start et un présentateur vedette qui ont trouvé la solution : Showmeur Island. Un programme de (télé)réinsertion qui emmène nos chômeurs sur une île « de rêve » cachant de sombres secrets.

C’est horrible ? Mieux vaut en rire…

Dès la première minute le ton est donné : l’ultra-ultra-ultra libéralisme poussé à son comble donne matière à une file de gags loufoques qui fusent façon mitraillette. Si le fond politique de la pièce reste toujours léger, l’intention s’affiche sans détour, faire rire pour susciter le débat. Jusqu’où iriez-vous pour obtenir/conserver/retrouver un emploi ?

Ponctuée par d’excellentes vidéos (du même calibre que le teaser), la pièce défile sans temps mort.

Voyager léger, c’est voyager loin

La bande des Voyageurs sans bagage avait déjà frappé fort avec La vie c’est comme un arbre, qui mettait en scène les tribulations de trois marocains découvrant la Belgique des années 60. Le spectacle leur avait d’ailleurs valu, excusez du peu, de succéder à Stromae et aux frères Borlée au titre de Bruxellois de l’année (2012).

Avec Showmeur Island on retrouve ce même mélange de sujets délicats et d’humour cartoonesque assumé. Alors que l’on se sent si souvent désarmé en ouvrant le journal (où son fil d’actualités), se rassembler pour rire, c’est déjà un premier pas.

Le succès de leur première pièce était en partie lié au bouche-à-oreille, et bien le mot est lancé : Allez les voir !

Ps : les Voyageurs sans bagage en interview avec le Suricate magazine c’est ici.

Alexis Hotton
A propos Alexis Hotton 23 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.