Scott Weiland & The Wildabouts : Blaster

Si vous êtes fans des Stone Temple Pilots, vous connaissez bien évidemment Scott Weiland. Celui-ci fut le chanteur du groupe jusqu’en 2013, quand les STP décidèrent de se séparer du bonhomme suite à ses problèmes de drogue et son comportement ingérable. Cela faisait longtemps que la carrière de Weiland vacillait et globalement, il y eut plus de bas que de hauts dans son parcours. Quelques cures de désintox, quelques séparations avec les STP sans parler de l’aventure Velvet Revolver avec Slash et deux autres ex-GNR qui s’était soldée également par un échec.

Bref, Scott ne s’est pas assagit avec le temps. Au-delà de ses problèmes, Weiland n’est pas quelqu’un qui se repose sur ses lauriers et a mené, parallèlement à ses différents groupes, une carrière solo assez pertinente qui démontre tout le potentiel de sa superbe voix. Car, on a beau le critiquer à tout-va dans la presse, Weiland reste un chanteur incroyablement doué qui sait jouer sur énormément de registres. (Il suffit d’entendre ses albums A Compilation of Scott Weiland Cover Songs ou encore The Most Wonderful Time of the Year pour s’en rendre compte.)

Voici donc Blaster, le quatrième album solo de Scott Weiland. Et l’on peut dire qu’une fois de plus, l’enregistrement de ce disque ne fut pas banale. En août 2014, la presse reprend une rumeur selon laquelle Scott Weiland aurait été appréhendé pour trafic de stupéfiants et serait donc derrière les barreau. Tout le monde semble y croire, à tel point que Weiland, lui-même, poste une vidéo le montrant en studio avec ses musiciens pour enregistrer son nouvel album, contredisant ainsi la rumeur.

Mais plus tard, coup de théâtre : un jour avant la sortie de l’album Blaster, le guitariste de Weiland, Jeremy Brown, décède subitement à 34 ans. Le chanteur est anéanti, la release party qui devait avoir lieu est annulée. Depuis lors, les médias ont relayé divers communiqués de presse et interviews alimentant la haine des STP envers Weiland et le fait qu’il était grandement responsable de la décadence du groupe qui se vit renaître à l’arrivée de Chester Bennington (chanteur de Linkin Park) qui enregistre un nouvel album actuellement avec les anciens collègues de Scott.

Au-delà de toute cette presse de basse classe, il faut prendre du recul et se dire que peu importe qui a tort ou raison, finalement, tout le monde s’y retrouve car on a rarement parlé autant des STP et de Weiland que ces derniers mois.

weiland2

Bref, le mieux est d’écouter ce Blaster et de voir si Scott Weiland a choisi de nous proposer cette fois. On peut dire que les genres ont varié au fil du temps et que Scott est un peu touche à tout. Il sait se fondre dans beaucoup de styles différents et reste convainquant. Et c’est encore le cas ici. Ce groupe qui l’accompagne depuis un moment en live, les Wildabouts, semble convenir parfaitement au style du chanteur avec ce son tantôt garage, tantôt fuzzy. On a au final un album cohérent qui ne baisse pas en qualité tout au long des morceaux.

Alors, on peut parfois critiquer l’attitude du chanteur ou ses prestations scéniques. Mais ce disque ne semble pas du tout refléter ce que dit la presse. On a ici un travail de qualité, des mélodies justes et cette osmose parfaite entre Scott Weiland et les Wildabouts.  Un disque à écouter d’urgence si vous êtes fan de ce grand monsieur. Et si vous ne le connaissez pas encore, ne tardez pas à le découvrir.

Scott Weiland a annoncé qu’il viendrait en Europe à partir de septembre. Nous vous tiendront informé si cela se confirme d’autant que ses fans l’attendent avec impatience depuis la dernière tournée de Velvet Revolver en 2008.

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 485 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.