Ramdam, un festival qui fait du bruit

“Qui dérange” dans le sens de qui remue, questionne, suscite écho et débat, interpelle, chambarde, émeut, fait réfléchir, trouble, gêne, choque, importune, transgresse, bref, fait du barouf, du raffut, du vacarme, avec toutes les nuances que la production d’un son comporte : du plus sourd au plus criant, du plus tapageur au plus mélodieux, du plus obsédant au plus limpide. Pour le plus grand bénéfice de l’esprit critique de « spectacteur ».

De par ces quelques paroles, la couleur est annoncée. Pendant une semaine, 35 productions, fictions et documentaires, seront présentées au cinéma Imagix de Tournai. Si ces films traitent de sujets particulièrement variés (de la sexualité adolescente aux rêves des jeunes dans les ghettos de L.A, en passant par le scandale sexuel des prêtres), ils permettent de susciter le débat. Après une 5ème édition « chamboulée » par les attentats, le Ramdam revient cette année en force. Petit aperçu des réjouissances.

– La soirée d’ouverture sera lancée le 18 janvier avec Spotlight (de Thomas McCarthy, avec Marc Ruffalo, Mickaël Keaton, Rachel Adams) ou l’histoire vraie des journalistes qui ont démantelé les affaires pédophiles de l’Eglise. Mais pour les amateurs de mini-fictions, le festival a commencé le 16 janvier avec le « côté-court » au cinéma des écrans de Ath.

– Le Ramdam n’oublie pas les plus jeunes avec la projection du dessin-animé Adama, qui retrace le parcours d’un garçon de 12 ans sur fond de première guerre mondiale.

– Le 23 janvier sera également l’occasion de suivre un atelier d’architecture. Après la projection du film La fête est finie, un débat sera organisée en présence du réalisateur, Nicolas Burlaud suivi d’une table ronde avec Paola Vigano, architecte et urbaniste.

– Cette année, le réalisateur français Jean-Pierre Mocky sera mis à l’honneur dans une rétrospective de ses meilleurs films. Il offrira également une masterclass le 18 janvier à 17h30.

– Les Ramdams de l’année reviendront sur 4 films belges qui ont marqué 2015 : Black (d’Adil EL ARBI et Bilall FALLAH), Préjudice (d’Antoine Cuypers), D’ardennen (de Robin Pront) et Problemsky hotel (de Manu Riche).

Pour voir l’ensemble de la programmation, consultez le site du Ramdam (http://www.ramdamfestival.be) ou rendez-vous à l’Imagix de Tournai.

Elise Voillot
A propos Elise Voillot 51 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.