Pari à nouveau réussi pour les Solidarités

 

 

Bilan plus que positif pour cette 5 ème édition des Solidarités qui à répondu à toutes les attentes. De 23.000 personnes en 2013, on est passé à 49.000 festivaliers sur les deux jours dont 10.000 enfants. Le festival était Sold Out avant l’ouverture.

 

 

C’est une fête engagée aux dimensions culturelles importantes, un évènement populaire ou le vivre ensemble est mis à l’honneur.

Le festival mise en effet sur la mixité des genres avec la Cité des enfants dont l’offre avait été largement augmentée comme l’explique Martin Wauthy, directeur des Solidarités, mais également, sur « la curiosité du public pour l’égalité des chances » au grand étonnement de Jean-Pascal Labille, secrétaire général de Solidaris et président du festival, avec les nombreuses visites au Village des associations, l’affluence au Magic Mirrors où se sont produites trois pièces de théâtre, des débats Pas touche à la culture ou Capitalisme et inégalités et également toutes les formes d’art: les spectacles de rue, les arts forains, sans compter sur les grands moments musicaux répartis sur quatre scènes.

Nouveauté cette année, le système Cashless, une carte rechargeable qui simplifie la vie même si quelques bornes ont du être ajoutées pour satisfaire à la demande.

En matière de mobilité, les organisateurs avaient misé sur l’interdiction d’accéder au site en voiture au bénéfice d’une quinzaine de navettes de bus gratuites. Un succès tel, qu’aux moments d’affluence, des files de + de 40 minutes d’attente se formaient avec le passage  de bus complets…

Plus que jamais les Solidarités proposaient une programmation colorée avec plus de 30 concerts répartis sur les différentes scènes.

La journée de samedi axée sur la jeunesse a débuté avec Bonjour, tout va bienLes Déménageurs ont mis le feu au théâtre de Verdure, les petits et les ados qui ont grandis sur L’hippopotame ont entonnés les joyeux refrains de Lili et Les escargots.

 

 

Se sont alors succédés St James Hiphoptronics, le duo électro-pop Belge Rive, Alvaro Soler qui enflamme l’Esplanade avec ses rytmes latino Sofia ou encore El Mismo Sol, le chanteur ivoirien Tiken Jah Fakoly  surnomé “La tour Eiffel” (car il serait pris en photo aussi souvent que la dame de fer) nous livre un grand moment de reggae.

 

 

 

Le rap était de la fête ce samedi aux Solidarités avec le duo Caballero & Jeanjass, le théâtre de Verdure était complet pour Romeo Elvis & Le Motel qui a véritablement semé la pagaille chez les fans. Akro, l’ancien membre de Starflam et habitué du festival Namurois, a enflammé le public avec son Urban Stoemp.

 

 

A retenir également, la valeur montante, le groupe 100% Belge Konoba.  Compositeur/interprète/producteur Raphaël Esterhazy joue avec les sons et les styles, une voix mélancolique sur des rythmes électro-pop distillés d’électronique.

 

 

Une fin de journée explosive avec une belle présence scénique de l’artiste pétillant Jérôme Fagnet dit Broken Back, le retour de Julian Perretta qui revient avec son 2ème opus Karma

 

 

 

Viendra ensuite le trio qu’on ne présente plus et qui vient de signer la bande-son du film d’animation 100% belge Bigfoot junior, j’ai nommé Puggy. Le groupe nous livre un Best-of de leurs meilleurs morceaux ce qui n’est pas pour déplaire au public de l’Esplanade venu les applaudir, et enfin celui que tous les ados attendent en cette fin de nuit du samedi, le Dj Félix De Laet alias  Lost Frequencies.

 

 

La journée de dimanche a démarré par une rétrospective humoristique, le groupe The Joe’s a fait le pari de faire découvrir aux enfants les chansons de Joe Dassin.

Ensuite, c’est le Namurois André Brasseur et son orgue Hammond qui a fait swinger l’esplanade.

 

 

S’en est suivi les riffs de guitare et de disco-rock de Va a La Plage et les rythmes électro-balkaniques aux accents bolcho-tzigane des déjantés Soviet Suprem qui chauffe le public au rouge.

 

 

Viendront également Cyril Mokaiesh, puis celle qui est considérée par beaucoup comme le double d’Amy Winehouse, la voix écorchée et puissante de cette auteur/compositeur/chanteuse et pianiste belge montante Typh Barrow a dynamisé le public du Théâtre de Verdure.

 

 

Un peu plus tard, Marka et ses amis du groupe Belge des années 80 Allez Allez.

Pendant ce temps, l’ouragan Cali entonnait ses Choses défendues a cappella devant la nouvelle scène du Maquis, qui pour cette année a été créée dans un espace arboré pouvant accueillir 7000 festivaliers.

 

 

La furie de Bruno Caliciuri fait de cette bête de scène un artiste adulé et toujours très apprécié des photographes avec qui il joue à chaque concert.

 

 

 

La nouvelle révélation de la chanson française, gagnant de The Voice France en 2016, Slimane, est apparu souriant et a vite conquis le cœur des nombreux festivaliers avec Frérot ou Paname. Un concert rempli d’émotions.

 

 

Rachida Brakni est la Lady et Gaëtan Roussel le Sir une belle mise en scène pour ce duo de charme Lady Sir.

 

 

L’avant dernier concert de ce weekend ensoleillé des Solidarités était rythmé par les mélodies dansantes du reggae Français de Tryo. Le quatuor « insuffle l’honnêteté, souffle de la joie, respire l’amitié, expire la mauvaise foi ».

 

 

Et enfin, certains étaient au pied de la scène de l’Esplanade depuis les premières heures de la matinée pour voir leur idole Patrick Bruel.

 

 

Tapis dans l’ombre de la scène, « Vous qui étiez déjà là quand j’ai cassé ma voix » a rendu le public déjà frissonnant, totalement hystérique. L’artiste déjà très engagé dans sa vie nous livre qu’il est très content d’être en Belgique et qui plus est à Namur dans un festival solidaire prônant l’égalité des chances. Il a même pour l’occasion prolongé son set de 20 minutes.

 

 

En conclusion, un réel succès pour Les Solidarités qui ont su grandir en harmonie avec le vivre ensemble, « c’est un chouette brassage de générations mais nous sommes conscient que sa capacité est arrivée a son maximum et il y aura bien sûr des adaptations à prévoir pour l’année prochaine car les travaux prévus pour le téléférique et l’installation du pavillon Belge de l’expo universelle de Milan vont fortement réduire l’espace prévu pour la grande scène de l’Esplanade » ont encore ajouté les organisateurs.

 

 

Photos : Stéphane Kepenne