Paradise Lost d’Andrea Di Stefano

paradise lost affiche

Paradise Lost

d’Andrea Di Stefano

Thriller, Romance

Avec Benicio Del Toro, Josh Hutcherson, Claudia Traisac, Brady Corbet, Carlos Bardem

Sorti le 10 décembre 2014

Première réalisation d’Andrea Di Stefano, Paradise Lost met en avant l’ennemi-public numéro 1 des États-Unis dans les années 80. Entre biopic, thriller et romance, ce film puissant ne laisse personne indifférent…

Nick (Josh Hutcherson) pense avoir trouvé son paradis en rejoignant son frère Dylan (Brady Corbet) en Colombie. Un lagon paradisiaque, une plage et des vagues parfaites, bref le rêve pour ce jeune surfeur canadien. Il y rencontre Maria (Claudia Traisac), une magnifique Colombienne. Ils tombent alors follement amoureux. Maria le présente à son oncle : un certain Pablo Escobar (Benicio Del Toro). Nick entre sans le savoir dans le cercle d’Escobar. Le Canadien va découvrir le monstre derrière l’homme…

Encore un énième biopic vous me direz ! Pourtant, le film n’en n’est pas vraiment un. Paradise Lost ne se présente pas comme un biopic classique. L’histoire se rapproche d’abord plus du thriller hollywoodien plutôt que du traditionnel portrait cinématographique. Le spectateur découvre Escobar à travers les yeux de Nick, jeune idéaliste mais malheureusement naïf. C’est donc via le personnage du surfeur que l’on découvre la légende Escobar. Une manière ingénieuse de Di Stefano de présenter ce « grand homme » qui se veut d’abord un bienfaiteur des habitants de la ville de Medellín, un papa poule et un mari aimant.

Escobar est campé par un Benicio del Toro au sommet de son art. Avec un certain charisme, il s’impose à l’écran pour dévoiler un narcotrafiquant proprement terrifiant. Josh Hutcherson, que l’on a principalement découvert dans dans Hunger Games, tient le second rôle principal à la perfection. Les deux protagonistes entament un jeu du chat et de la souris qui montera crescendo en intensité et… en violence. C’est là tout le génie du réalisateur qui installe subtilement une atmosphère de peur et de tensions.

En résumé, Lost Paradise est un portrait ingénieux du plus célèbre des narcotrafiquants. On y retrouve le côté documentaire du biopic et la violence du film d’action. Après avoir incarné le révolutionnaire Che Guevara, Benicio del Toro prête à nouveau sa plastique à une autre figure emblématique, Pablo Escobar. Et une fois de plus c’est une réussite. De son côté, Josh Hutcherson a prouvé avoir les épaules pour ce genre de rôle. Voici un excellent film d’action sur fond de romance.

Cynthia Tytgat
A propos Cynthia Tytgat 7 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.