Paddington de Paul King

paddington dvd

Paddington

de Paul King

Comédie familiale, Aventure

Sorti le 3 avril 2015 en DVD/Blu-Ray

Un jeune ours issu des forêts du Pérou décide d’entreprendre un long voyage qui le mènera dans la ville de ses rêves : Londres. Mais arrivé dans la capitale anglaise, le jeune ours déchante. C’est alors qu’il fait connaissance avec la famille Brown, une tribu so british qui va le nommer Paddington.

Adapté de la série de livres pour enfants écrite par Michael Bond, Paddington fait partie des joyaux de la littérature anglophone du XXème siècle. Véritable icône chez les jeunes anglo-saxons, l’animal au duffel-coat bleu se devait d’être transposé au cinéma. Un défi majeur qu’a souhaité relever la société de production Heyday Films, enorgueillie du succès de la saga Harry Potter. Pari gagné puisque le résultat est plus que satisfaisant.

Ce long métrage mêlant animation et prises de vue réelles réussit l’exploit de conquérir les enfants comme les adultes. Un véritable exploit ? Pas vraiment. De fait, le réalisateur et scénariste Paul King a délibérément choisi de construire son histoire sur un schéma connu. Tel un patchwork, il a insufflé dans son film toute une série de codes ayant fait les beaux jours du cinéma pour enfants. À ce titre, il est aisé d’y trouver des similitudes ou des allusions à Stuart Little, à Mary Poppins ou encore aux 101 dalmatiens.

En englobant tout cela dans un décor majestueux, coloré et intemporel, Paul King a créé plus qu’un personnage, il a recréé un univers perdu. Ce dernier n’est autre que la magie photogénique de Londres. Dans Paddington, comme dans beaucoup d’autres anciennes réalisations du même acabit, on consacre les valeurs de la société bourgeoise londonienne. Ses rues proprettes, ses maisons d’un autre âge qui ne prennent pas une ride, ses habitants à la classe britannique prônant la bienséance et, last but not least, ses bibliothèques propres à l’ère victorienne, où les alcôves creusent les bois de pin blanc, de chêne ou de cerisier sculptés, ornés de motifs rappelant les blasons d’illustres maisons d’antan.

Ajoutez à ces effets contextuels une fable fantastique, vous obtenez alors un récit hors du temps où chacun y trouve son compte. Evidemment, Paddington est avant tout destiné aux enfants. Ce personnage, mi-ursidé mi-homininé, arrive à s’accaparer la compassion des bambins qui, à l’instar des deux enfants du film, voient en lui le partenaire de jeu idéal tout en leur rappelant la peluche qu’ils ont un jour serrée dans leurs bras.

En résumé, Paddington est une réussite visuelle et contextuelle qui ravira tous les enfants. Une fable britannique bien transposée à l’écran.

Seuls manquent, sur la version dvd, des bonus plus didactiques (voire ludiques) suscitant l’intérêt des enfants, ceux-ci étant quasi-exclusivement destinés aux parents.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 825 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.